musicologie

Actualités   Biographies  Encyclopédie   Textes   Livres   Cédés   Annonces   Recherche

Chef d'œuvre d'une verve loufoque, irrésistible : Ba-Ta-Clan

Montpellier, Festival Radio France Montpellier Région, Le Corum, Salle Pasteur, le 12 juillet 2016, Par Eusebius ——

BataclanBa-Ta-Clan. Photographie © D. R.

Bien avant les tragiques attentats du 13 novembre 2015, la programmation de Ba-Ta-Clan était retenue. Ce concert est ainsi dédié à la mémoire des victimes du terrorisme, et un appel à la joie de vivre. Jean-Christophe Keck, auquel nous sommes redevables de la connaissance et de la diffusion de l'œuvre d'Offenbach, après Les fées du Rhin, La Haine et Fantasio, nous propose cette année  cette chinoiserie musicale en un acte, 160 ans après sa création. Le premier livret de la longue et brillante carrière de Ludovic Halévy1 est un coup de maître : sous l'apparente cocasserie d'une intrigue et d'une langue inimitables, il offre au compositeur les moyens de déployer tout son génie, et Offenbach ne s'en prive pas. De la romance, à la mode (« J'étais aimable élégante « ) à la parodie géniale d'un duo italien, plus vrai que nature (« Morto, morto, infamio / Raca »), jusqu'au sommet, l'appel à la révolte (Bataclan  « le chapeau chinois, le trombone… ») c'est un feu d'artifice permanent, l'auditeur est proprement captivé par la variété et la qualité de l'écriture comme par l'intrigue, désopilante.

Dans une Chine de fantaisie, au sein d'un empire comptant 47 sujets, le trône de l'empereur Fé-ni-han2 est convoité par le chef de sa garde, Ko-ko-ri-ko.  Le mandarin Ké-ki-ka-ko  et la mandarine Fé-an-nich-ton, faits l'un pour l'autre, découvrent qu'ils sont… français et ont la nostalgie de leur patrie. Après un coup de théâtre sans lequel l'empereur aurait fini empalé par son remplaçant, tout se termine bien. Avide du pouvoir, Ko-ko-ri-ko, lui aussi français, succède à Fé-ni-han, qui lui cède bien volontiers le trône, soucieux lui aussi de rentrer au pays.

BA TA CLAN

Pour ne connaître qu'une version réduite au piano, qui nous prive ainsi du violoncelle de la romance, l'œuvre est conduite rondement par Jean-Christophe Keck, à la baguette comme à la grosse caisse, avec Anne Pagès-Boisset au clavier. Les solistes forment un quatuor admirable, équilibré, complice, sans la moindre faiblesse. Stéphanie Varnerin (chanteuse légère du nom de Véronique Durand, avant de s'appeler Fé-han-nich-ton), s'y révèle en tous points parfaite : l'aisance de ses traits virtuoses du premier quatuor comme ceux du Ba-ta-clan attestent sa maîtrise vocale, pétillante à souhait. Rémi Mathieu, en duo, en trio comme en quatuor, s'inscrit parfaitement dans cet ensemble. On en retiendra aussi ses fanfares de trompette du Ba-Ta-Clan. Enguerrand de Hys nous offre un magnifique duo parodique avec  le méchant conspirateur, Jean-Gabriel Saint-Martin, superbe baryton dans un emploi où il rayonne.

Pour une version de concert, le jeu des chanteurs-comédiens, leurs mimiques participent au régal. Le nombreux public, enthousiaste, en redemande et deux reprises du finale répondront à ses acclamations.

ba ta clanBa-Ta-Clan. Photographie © D. R.

Comme nous le rappelle opportunément Jean-Christophe Keck :  « Il faut boire, chanter et rire, à l'aventure…sauf à pleurer demain » (Les Contes d'Hoffmann).  C'est ce à quoi nous invite cette partition qui mérite autant d'attention que les plus grands chefs d'œuvre. Même si la destination et le cadre de la création furent un petit théâtre, pourquoi réserver ce bijou à des salles de patronage ? Ses qualités dramatiques et musicales — d'une écriture raffinée malgré son sujet !- justifieraient sa production sur les plus grandes scènes. Le concert est retransmis en direct sur France-Musique.

Eusebius
14 juillet 2016

1. le plus souvent accolé à celui d'Henri Meilhac, parfois aussi à celui  de Crémieux, Gille, Milhaud, Busnach, le nom de Ludovic Halévy est indissociable de nombre de chefs-d'œuvre du théâtre lyrique, en particulier de ceux d'Offenbach, dont il sera le collaborateur inspiré et fidèle. Avant même d'aborder le théâtre et le roman, il signe – seul – le livret de Ba Ta Clan

2. Verlaine s'en souviendra pour écrire le livret de l'opérette du même nom, pour Chabrier.

 

Eusebius, eusebius@musicologie.org, ses derniers articles : Les mille et une nuits de MontpellierMagistrales Variations Goldberg, par Beatrice Rana — Philippe Forget, en chanteur, ou Eusebius salue Florestan : Aleko, l'opéra tzigane de RachmaninovBerlioz, « Napoléon de la Science musicale »Plus sur Eusebius.

 

 

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
06 06 61 73 41

ISSN  2269-9910

▉ Contacts
▉ À propos
<
▉ S'abonner au bulletin
▉ Collaborations éditoriales
▉ Cours de musique
▉ Téléchargements
▉ Soutenir musicologie.org
▉ Colloques & conférences
▉ Universités en France
▉ Analyses musicales

▉ Articles et documents
▉ Bibliothèque
▉ Presse internationale
▉ Agenda
▉ Analyses musicales

Recherche dans musicologie.org

 

© musicologie.org 2016

bouquetin

Samedi 16 Juillet, 2016 0:17