bandeau textes

S'abonner au bulletin

 

 

Après la Méthode rose, la Méthode Elvira & Natalia ?

²

6 janvier 2015, par Jean-Luc Vannier ——

Ce ne sont pas deux sœurs jumelles nées sous le signe des Gémeaux mais elles se ressemblent. Elvira Caflers et Natalia Godbillon, nées à Chisinau en Moldavie, parlent avec ce fort accent russe aux « r » roulés et aux accentuations aiguës lorsque l’affect surgit dans leur phrase. Fruit d’une expérience pédagogique de plus de 30 ans, ces deux professeurs de piano diplômées de l’école traditionnelle russe, ont mis au point une méthode d’apprentissage en deux volumes. « Les enfants ne travaillent pas assez à la maison » explique Elvira : « trop de choses les retiennent loin des instruments de musique à l’ère numérique ». « Ils se détournent rapidement d’un enseignement » enchaîne Natalia. C’est la raison pour laquelle cette nouvelle méthode, pour enfants et adultes, « cherche à les encourager », en « leur permettant par exemple de jouer à deux mains dès la fin du premier mois des leçons » et en leur « faisant travailler leur technique pianistique tout en douceur ».  Et ce, en raison d’un « répertoire cosmopolite » mêlant allègrement chansons françaises, allemandes, ukrainiennes, américaines, italiennes mais aussi des menuets et scherzos classiques ponctués des inévitables Marche turque de Mozart ou Lettre à Élise de Beethoven. Un Vive le vent arrangé, une polka de Glinka, la Chanson du moissonneur de Robert Schumann, quelques études sérieuses de Carl Czerny, de Cornelius Gurlitt et même une sarabande de G. F. Haendel parcourent le second volume. Les deux opus sont en outre d’une facture agréable, ornés d’illustrations plaisantes qui ajoutent aux enjeux didactiques une dimension ludique et attractive.

Loin de la méthode « Nikolaïeva » qui a formé, outre ces deux spécialistes moldaves qui la trouvent « stalinienne », des générations entières de pianistes russes – « la méthode encore la plus vendue en Allemagne » s’étonne Elvira — ces deux livrets exposent les notions théoriques de base et les éléments de la technique pianistique d’une « manière plus souple » tout en abordant progressivement « la lecture musicale, la sonorité, la technique instrumentale et l’image esthétique du morceau ».  Avec beaucoup plus de « liberté dans l’écoute active et permanente des sonorités produites » et la « construction d’un jeu plus naturel dans l’aisance et le plaisir » que dans la méthode russe. Avis donc aux professeurs de piano ainsi qu’aux éditeurs musicaux pour éprouver cette nouvelle méthode sur eux-mêmes et sur leurs élèves !

Nice, le 6 janvier 2015
Jean-Luc Vannier

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

rss Flux rss

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale


ISSN 2269-9910

© musicologie.org 2014

musicologie.org 01/2014

Vendredi 24 Juillet, 2015 23:54

bandeau

musicologie

rectangle_actu

rectangle

rectangle