bandeau texte

S'abonner au bulletin

 

 

« Foolish wives » d'Erich von Stroheim mis en musique par Marco Taralli et l'orchestre philharmonique de Monte-Carlo

 

 

Monaco, 15 juin 2015, par Jean-Luc Vannier ——

Le pari était audacieux : offrir une seconde vie — musicale — au film d'Erich von Stroheim « Folies de femmes » (1922). Pari plutôt réussi pour cette création mondiale du compositeur Marco Taralli qui permettait, dimanche 14 juin salle Garnier à Monte-Carlo, de redécouvrir ce troisième long-métrage du réalisateur d'origine austro-hongroise au budget colossal pour l'époque : un million de dollars, une année de tournage au lieu des trois semaines annoncées, plus de quatre-vingts heures de bobines dont ne subsistera qu'un film d'une heure quarante, plus de quinze mille figurants qui jouent dans des décors reconstitués à l'identique — le Casino, l'Hôtel et le Café de Paris — au sein de la campagne californienne. Comment orchestrer stricto sensu cette sombre histoire — critique  au vitriol d'une société corrompue par l'argent et le sexe — d'un libertin cynique et de ses deux cousines tout aussi vénéneuses qui se font passer pour des aristocrates russes en vacances et tentent d'escroquer l'épouse du nouvel ambassadeur américain en Principauté ? Dans sa note d'intention, le compositeur et pianiste Marco Taralli explicite la « transformation de sa voracité initiale en plaisir hédoniste consistant à entrer dans une histoire racontée en images » en devenant « le collaborateur en herbe du réalisateur disparu ». Lequel lui « indiquerait les atmosphères, l'évolution de l'intrigue, les personnalités et ainsi de suite à chaque instant du film ». Et de préciser : « j'avais de plus en plus l'impression que Stroheim avait voulu tourner un film sur la duplicité et la dissimulation ». Sans doute celles, en miroir, des usurpations identitaires de von Stroheim lui-même : celui qui se fit passer toute sa vie pour un ancien officier issu d'une illustre famille catholique autrichienne était en réalité le fils d'un boutiquier juif pratiquant.

Marco Taralli. Photographie © D.R.

Minutieux, exigent, le travail d'écriture musicale de Marco Taralli privilégie en outre une technique d'orchestration riche, puissamment soutenue dans ses accentuations par les percussions et les cuivres. Et dont l'invariabilité fait courir le risque d'une prompte saturation auditive. Celle-ci s'estompe fort heureusement avec le déroulement de l'action dramatique. Le thème de la valse y prédomine, tant pour illustrer la frivolité apparente des personnages que pour rythmer plus fiévreusement l'accélération des événements jusqu'au dénouement final. Étonnamment, l'instrumentation soliste n'est guère sollicitée par le natif de L'Aquila : deux superbes séquences, celle du délire psychotique envahissant progressivement la femme de chambre Marushka tout comme celle de la pulsion scoptophilique du prédateur sexuel sur la fille mineure du faussaire, auraient pu y gagner en intensité.

La rigueur toute scientifique de Philippe Béran, maestro doublement titulaire d'un diplôme de physique théorique à l'Université de Genève et d'un prix de direction d'orchestre au Conservatoire de la même ville, sied parfaitement à l'exécution méticuleuse de l'œuvre. L'orchestre philharmonique de Monte-Carlo y puise une redoutable énergie sans trop céder de ses capacités d'inspiration interprétative. Certains instrumentistes avouaient à l'issue « leur plaisir » d'avoir à s'acquitter d'une partition aux cadences pourtant serrées et aux tonalités des plus variées. Le public n'était d'ailleurs pas en reste pour applaudir le fruit de cette commande passée par la Philharmonie monégasque, décidément à la pointe de la recherche et de la créativité culturelles.

Philippe Béran. Photographie D.R.

Monaco, le 15 juin 2015
Jean-Luc Vannier

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

rss Flux rss

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale


ISSN 2269-9910

© musicologie.org 2015

musicologie.org 01/2014

Mardi 16 Juin, 2015 15:24

bandeau

musicologie

Les derniers articles
de Jean-Luc Vannier

La truculence chamarrée de « Falstaff » clôt en beauté la saison lyrique à l'opéra de Marseille (5 juin 215)

La Berliner Camerata ensorcelle la basilique Notre-Dame à Nice (31 mai 2015)

L'Ambassadeur de France à Monaco remet les Palmes académiques au Directeur de l'opéra de Monte-Carlo (18 mai 2015)

Envoûtant Richard Strauss par Jeffrey Tate et l'orchestre philharmonique de Monte-Carlo (4 mai 2015)

Les solistes du Théâtre Mariinsky offrent un « Eugène Onéguine » passionné pour l'Année de la Russie en Principauté (3 mai 2015)

Une saison lyrique 2015-2016 toujours prestigieuse à l'opéra de Monte-Carlo (26 avr. 2015)

La sublime violence de  « Lady Macbeth de Mtsensk » tétanise l'opéra de Monte-Carlo (25 avr 2015)

« Der fliegende Holländer » débarque triomphalement à l'opéra de Marseille

Un « Roméo et Juliette » juvénile aux Ballets de Monte-Carlo

Sous le charme de Diana Damrau à l'opéra de Monte-Carlo (11 avr. 2015)

Le BBA de l'EDHEC Nice lance un elearning pour les musiciens (8 avr. 2015)

Kazuki Yamada… presque Directeur artistique et musical de l'orchestre philharmonique de Monte-Carlo (4 avr. 2015)

Sublime « Winterreise » de Schubert par Kwangchul Youn à l'opéra de Monte-Carlo (29 mars 2015)

Erwin Schrott diabolise « Don Giovanni » à l'opéra de Monte-Carlo (21 mars 2015)

La grippe interrompt la première de « Semiramide » à l'opéra de Nice (18 mars 2015)

Une « Tosca » en clair-obscur à l'opéra de Marseille (12 mars 2015)

« Une tragédie florentine » et « Pagliacci » : le drame de la jalousie immortalisé à l'opéra de Monte-Carlo (20 fév. 2015)

Rencontre avec Marc Adam, directeur artistique à l'opéra de Nice : « mon travail à Nice n'est pas terminé ». (13 fév. 2015)

Marion Cotillard et l'orchestre philharmonique de Monte-Carlo sous la direction de Kazuki Yamada transcendent « Jeanne d'Arc au bûcher » (8 fév. 2015)

Maria et Natalia Milstein célèbrent avec talent le Nouvel An russe à la Villa Ephrussi de Rothschild (24 janv. 2015)

Rossini et les voix de « Guillaume Tell » magnifient la liberté à l'opéra de Monte-Carlo (23 janv. 2015)

Après la Méthode rose, la Méthode Elvira & Natalia ?

Tout

rectangle_actu

rectangle

rectangle