bandeau textes

S'abonner au bulletin

 

 

La Berliner Camerata ensorcelle la basilique Notre-Dame à Nice

 

Berliner Camerata, Nice, mai 2015. Olga Pak (violon), Alexey Naumenko (violon), Temur Vakhabov (violon), Tal Riva Theodorou (alto), Andrey Kalashnikov (contrebasse) et Yann Merker (Violoncelle). Photographie © D.R.

Nice, 31 mai 2015, par Jean-Luc Vannier ——

En tournée dans les grandes villes du sud de la France jusqu’au 14 juin prochain — Hyères sera sa dernière étape — la Berliner Camerata, un orchestre de chambre en provenance de Berlin, se produisait dimanche 31 mai en la basilique Notre-Dame de Nice. Le désistement à la dernière minute, et pour des raisons médicales, de la haute-contre Vladimir Catana imposa quelques aménagements du programme en y insérant davantage de morceaux pour cordes solistes. Cet ensemble n’est toutefois berliner que par les six instrumentistes qui résident et étudient sur les bords de la Spree. Lesquels décidèrent, en 2009, de former un groupe orchestral dédié simultanément au répertoire baroque, à la musique classique viennoise et au romantisme allemand. En témoigne la diversité de leur origine tout comme celle de leur parcours : une caractéristique de l’atmosphère d’ouverture et de tolérance dont la capitale fédérale d’outre-Rhin ne cesse de s’enorgueillir. Il fallut, certes, vaincre quelques résistances culturelles nourries de paranoïa pour apprendre que la soliste Olga Pak (violon) était née en Corée et avait grandi en Russie, que son collègue Alexey Naumenko venait de Saint-Pétersbourg, que le violoniste Temur Vakhabov avait ses racines à Tachkent en Ouzbékistan — il porte le même prénom que son illustre prédécesseur Timur Lang, plus connu sous le nom de Tamerlan —, que l’altiste Tal Riva Theodorou venait d’Israël, le contrebassiste Andrey Kalashnikov de Volgograd — l’ancienne Stalingrad — et le violoncelliste Yann Merker…de Lyon !

Berliner Camerata, Nice, mai 2015. Olga Pak (violon), Alexey Naumenko (violon), Temur Vakhabov (violon), Tal Riva Theodorou (alto), Andrey Kalashnikov (contrebasse) et Yann Merker (Violoncelle). Photographie © D.R.

Le programme de la première partie débutait sur « Erbarme dich mein Gott », célèbre aria extraite de l’oratorio La Passion selon Saint Matthieu BWV 244 de Johann Sebastian Bach où le violoncelle solo, toujours réputé plus proche de la voix humaine, égrenait cet appel lancinant de l’apôtre à la divine rédemption. Nonobstant le choix d’un tempo adéquat, mieux à même de rappeler une version de Philippe Herreweghe que celle, majestueusement plus lente, d’Herbert Von Karajan, l’exécution musicale, sans doute prévue initialement pour la voix de haute-contre, pécha par manque de coordination. Et ce, malgré les inestimables efforts de Yann Merker. La violoniste Olga Pak multiplie les hésitations au point de jouer pianissimo des mesures dont, sans doute à tort, elle ne semble pas certaine. Elle prend néanmoins une indiscutable revanche dans les trois mouvements de la Symphonie salzbourgeoise en fa majeur no 3 K 138 de Wolfgang Amadeus Mozart : la soliste amende radicalement sa relation à l’instrument dans l’Allegro, mouvant davantage son corps et laissant exprimer, avec le sourire cette fois-ci, toute la souplesse et la vivacité de son jeu. Elle paraît d’ailleurs plus à l’aise dans le presto final que dans l’Andante. Malgré de belles sonorités du violon solo bercé de toutes parts par les pizzicati des autres cordes, l’exécution de L’Ave Maria pour violon et orchestre de Franz Schubert nous laisse un peu sur notre faim, les mêmes causes produisant peut-être les mêmes effets que pour le morceau d’ouverture : comme si certains des interprètes de cet ensemble ne s’autorisaient une « liberté » dans l’exécution, qu’une fois l’assurance acquise de maîtriser toutes les subtilités techniques du morceau, en particulier dans les passages lents.

Nettement mieux rôdé, le concerto pour violon et orchestre à cordes en mineur de Félix Mendelssohn-Bartholdy fut légitimement salué par une ovation du public de la basilique : les attaques de mesures sont nettes et les enchaînements harmonieux. La soliste y développe une riche palette de nuances, concédant ici ou là un rubato humanisant sa perception et sa restitution de l’œuvre et ce, pour notre plus grand bonheur. L’Andante y fait entendre des aigus cristallins, des timbres lumineux ainsi que des modulations élégamment éprouvées par les instrumentistes tandis que l’Allegro enchaîné du dernier mouvement permet à la soliste d’illustrer sa virtuosité avec une fin littéralement magistrale et haute en couleurs musicales.

Berliner Camerata, Nice, mai 2015. Olga Pak (violon), Alexey Naumenko (violon), Temur Vakhabov (violon), Tal Riva Theodorou (alto), Andrey Kalashnikov (contrebasse) et Yann Merker (Violoncelle). Photographie © D.R.

En deuxième partie, le premier mouvement moderato du concerto pour violoncelle et orchestre en do majeur Hob. VIIb.1 de Franz-Joseph Haydn, dont la partition de 1762 avait été égarée avant d’être redécouverte en 1961, place Yann Merker au cœur de l’ensemble. Le violoncelliste lyonnais y privilégie, dans un jeu très personnel non dénué d’accentuations parfois rugueuses, la nervosité du rythme tout en parvenant à préserver l’expressivité des nuances. C’est ensuite au tour d’Alexey Naumenko d’occuper le rôle de soliste pour jouer le concerto pour violon et orchestre à cordes en la mineur BWV 1041 de Johann Sebastian Bach : le soliste pétersbourgeois nous y convainc, plus dans les premier et troisième mouvements, par de belles résonnances. Le concerto no 2 en sol mineur, op. 8, RV 315 « l’été », extrait des Quatre saisons d’Antonio Vivaldi permet à la Berliner Camerata de terminer ce concert dominical sur une magnifique prestation, notamment celle d’Olga Pak où la fougue intérieure remplace la partition. Le célébrissime presto fut offert en « bis » aux mélomanes d’une nef comble et enthousiaste.

Nice, le 31 mai 2015
Jean-Luc Vannier

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

rss Flux rss

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale


ISSN 2269-9910

© musicologie.org 2014

musicologie.org 01/2014

Dimanche 31 Mai, 2015 23:53

bandeau

musicologie

Les derniers articles
de Jean-Luc Vannier

L’Ambassadeur de France à Monaco remet les Palmes académiques au Directeur de l’opéra de Monte-Carlo (18 mai 2015)

Envoûtant Richard Strauss par Jeffrey Tate et l’orchestre philharmonique de Monte-Carlo (4 mai 2015)

Les solistes du Théâtre Mariinsky offrent un « Eugène Onéguine » passionné pour l’Année de la Russie en Principauté (3 mai 2015)

Une saison lyrique 2015-2016 toujours prestigieuse à l’opéra de Monte-Carlo (26 avr. 2015)

La sublime violence de  « Lady Macbeth de Mtsensk » tétanise l'opéra de Monte-Carlo (25 avr 2015)

« Der fliegende Holländer » débarque triomphalement à l'opéra de Marseille

Un « Roméo et Juliette » juvénile aux Ballets de Monte-Carlo

Sous le charme de Diana Damrau à l’opéra de Monte-Carlo (11 avr. 2015)

Le BBA de l’EDHEC Nice lance un elearning pour les musiciens (8 avr. 2015)

Kazuki Yamada… presque Directeur artistique et musical de l’orchestre philharmonique de Monte-Carlo (4 avr. 2015)

Sublime « Winterreise » de Schubert par Kwangchul Youn à l’opéra de Monte-Carlo (29 mars 2015)

Erwin Schrott diabolise « Don Giovanni » à l’opéra de Monte-Carlo (21 mars 2015)

La grippe interrompt la première de « Semiramide » à l’opéra de Nice (18 mars 2015)

Une « Tosca » en clair-obscur à l’opéra de Marseille (12 mars 2015)

« Une tragédie florentine » et « Pagliacci » : le drame de la jalousie immortalisé à l’opéra de Monte-Carlo (20 fév. 2015)

Rencontre avec Marc Adam, directeur artistique à l’opéra de Nice : « mon travail à Nice n’est pas terminé ». (13 fév. 2015)

Tout

rectangle_actu

rectangle

rectangle