bandeau texte

S'abonner au bulletin

 

Trois contes illustrés et musicaux de Claude Clément

Clément Claude, Devos Xavière, Berling Charles, Le piano d'argent. « Le petit tourneur de pages », Little village, Harmonia Mundi [34 p. + 1 cédé ; ISBN 978-2-37196-003-9 ; 22 €]

Clément Claude, Brun Barbara, Guillaume de Tonquédec, Le fou de flûtes. « Le petit tourneur de pages », Little village, Harmonia Mundi [34 p. + 1 cédé ; ISBN 978-2-37196-004-6 ; 22 €]

Clément Claude, Amélie Viard, Karin Viard, Wu Wei, Le scheng amoureux. « Le petit tourneur de pages », Little village, Harmonia Mundi [34 p. + 1 cédé ; ISBN 978-2-37196-005-3 ; 22 €]

Par Jean-Marc Warszawski ——

Nous avons été séduit par ces trois albums, leur conception, leur réalisation, leur graphisme. En chacun un conte écrit, illustré avec beauté, raconté sur un cédé, en relation avec un instrument de musique, deux pages de pédagogie sur l'instrument, et de la musique puisée dans le catalogue d'Harmonia Mundi.

Le piano d'argent raconte l'histoire d'un très malheureux châtelain qui joue ses beaux pianos avec un jeune pianiste jazzeux bohème et heureux de passage. Des musiques de Satie, Mozart, Chopin, Mendelssohn, Debussy, Monpou... et Gershwin pour le roturier, ce qui n'est pas bien méchant.

Après le jeune châtelain ayant perdu toute sa famille, voici un couple de vieilles personnes n'ayant malheureusement pas pu avoir d'enfant, malgré le joli berceau qu'ils avaient préparé [en réalité ce n'est pas comme cela qu'on, fait des enfants, ndr !]. Leur voisin est terrible, il leur pique leurs œufs, tomates, le lait de biquette... Et voilà qu'un lutin, qui cherche un toit et des grands-parents, apparaît dans une bulle de savon, il reçoit une première flûte puis bien d'autres, c'est le fou de flûtes. Musiques de Vivaldi et de Rebel. Bien sûr, le méchant voisin est maté.

Le scheng amoureux est l'histoire de l'échec d'un mariage forcé d'une joueuse de scheng qui échappera au vilain prince kidnappeur, et retrouvera son amoureux. Le conte est accompagné de musiques originales de Wiu Wei.

Après la séduction, on se dit quand même qu'il y a un peu trop de châteaux, de carrosses, de vilains princes, de pauvres heureux et des riches malheureux... Des images venues des contes d'il y a si longtemps, mais où il est interdit aujourd'hui au loup de manger le petit chaperon rouge, aux ogres d'avaler les petits enfants et aux parents d'égarer leurs enfants dans les bois. Pour les musiques, mis à part le scheng, un choix moins convenu, plus mystérieux, de pièces qu'on entend rarement, intrigantes, plus contemporaines, aurait peut-être été plus judicieux.

 

Jean-Marc Warszawski
11 novembre 2015

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

rss Flux rss

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale

musicologie
ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2013

musicologie

Mercredi 11 Novembre, 2015 22:47

bandeau

musicologie

Soutenir musicologie.org

recherche

 

rectangle_actu

rectangle

rectangle