bandeau textes

flux rss  mercredi 13 avril 2016

Recherche dans musicologie.org

  ▉ Nouveaux livres
  ▉ Nouveaux cédés
  ▉ Petites annonces/

▉ Biographies musicales
▉ Encyclopédie musicale
▉ Analyses musicales
▉ Articles et documents
▉ Bibliothèque
▉ Presse internationale
▉ Agenda
▉ Analyses musicales
L M M J V S D
01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30

Élisabeth Joyé : Johann Caspar Ferdinand Fischer de clavecin et d'orgue

Johann Caspar Ferdinand Fischer, Uranie, Élisabeth Joyé (clavecin et orgue).

Enregistré les 13-14 octobre 2014 au temple du Foyer de l'âme (orgue), et les 18-19 janvier 2015, dans la galerie des Affaires Étrangères de la bibliothèque de Versailles.

13 avril 2016, Par Jean-Marc Warszawski ——

Quelle bonne idée est celle de propager les œuvres de Johann Caspar Ferdinand Fischer qui coupent l'herbe sous les mots tant elles accaparent les énervements lesquelles de l'oreille conduisent au plaisir de la musique. Son contemporain, prêtre et musicien Mauritius Vogt (1669-1730) pensait que la musique de Fischer prouvait le monde.

Dans l'immense ouverture du xviie siècle aux idées et aux choses, qui touche aussi la Saxe-Bohême en pleine ébullition civilisatrice, on demande à ce qu'on voit, entend et touche de dire les vérités, là où les dogmes et les livres de dogmes semblent être de plus en plus à la ramasse et d'une clarté de jus de boudin. Les louanges que Vogt, parmi d'autres, adresse à Fischer, visent ici le génie à réunir les influences diverses d'Italie, de France, de Saxe et Bohême, comme une preuve du monde (en fait, tout acte de culture est une confrontation de diversités).

De ce point de vue, Fischer a réalisé une fusion en beauté du monde. Non pas une musique impérieuse comme celle de Bach, ou bien cognant et poussant les murs et les frontières comme celles de Beethoven ou de Schumann, mais une musique lumineuse, rayonnante, comme sera celle de Mozart, d'une technique assurée tant harmonique et contraponctique, que dans l'art de la modulation et du chromatisme. On peut y trouver, comme chez Bach, les longs enchaînements harmoniques, contournant les cadences conclusives, qui pourraient ne pas finir, et un sens inépuisable de la mélodie, avec la délicatesse de ne pas abuser des effets, de ne rien imposer de force ou en longueur. Les pièces d'orgue, pour l'église, sont évidemment un peu plus austères que celles destinées au clavecin.

Élisabeth Joyé a choisi, la clarté et la lumière, la grâce, ce qu'on préfère aux propositions plus véhémentes, plus terrestres et verticales sur les basses, comme celle de William Christie il y a une quarantaine d'années.

« Uranie », est le titre de la dernière des 9 suites de clavecin du Musikalischer Parnassus, publié (sans date) à Augsburg : « Clio », « Calliope », « Melpomène », « Thalia », « Erato », « Euterpe », « Terpsichore », « Polymnie », « Uranie ». Ce qui est une évocation délibérée de la France, et annonce des suites à la française. Élisabeth Joyé a également puisé pour les pièces de clavecin dans un recueil de 8 suites publié en 1696, rebaptisé par la suite Musicalisches Blumen-Büschlein . Pour l'orgue dans Blumen Strauss … in 8 tonos ecclesiaticos eingetheilet, et Ariadne musica neo-organoedum, un recueil contenant 20 préludes et fugues, publié en 1702.

Jean-Marc Warszawski
13 avril 2016

 

Clavecin

1-9. Uranie (Musicalischer Parnassus) : Toccata, Allemande, Vourante, Sarabande, Gavotte, Gigue, Rigaudon en double, Menuets 1 et 2, Passacaglia.

10-15. Melpomène (Musicalischer Parnassus) : Praeludium, Allemande, Passepied, Rondeau, Gigue, Chaconne.

16. Clio (Musicalischer Parnassus) : Praeludium harpeggiato.

17-19. Musicalisches Blumen-Büschlein : Praeludium 8 et Chaconne, Praeludium 5, Aria et huit variations.

Orgue

20. Ariadne Musica : Prélude 10 et fugue en fa majeur.

21. Blumen Strauss : Prélude 1, 6 fugues, finale en mineur.

22-25. Ariadne Musica : Prélude et fugue 13 en sol majeur, prélude et fugue 1 en do majeur, prélude et fugue15 en la mineur, prélude et fugue 3 en mineur.

26. Euterpe (Musicalischer Parnassus), Chaconne.

27. Ariadne Musica : Ricercaras super totidem sacrum anni temporum eccmesiasticas cantilenas, Ricercar pro Festis Paschalibus

.

 

 

 

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
06 06 61 73 41

ISSN  2269-9910

▉ Contacts

▉ À propos

<

▉ S'abonner au bulletin

▉ Collaborations éditoriales

▉ Cours de musique

▉ Téléchargements

▉ Soutenir musicologie.org

▉ Colloques & conférences

▉ Universités en France

 

© musicologie.org 2016

bouquetin

Mardi 7 Juin, 2016 2:01