musicologie

Actualités Biographies Encyclopédie Textes Livres Cédés Annonces Recherche

Festival Les Pianissimes

2 juillet 2016, par Strapontin au Paradis ——

Mathieu Ganio et Kotaro Fukuma dans « Le Rappel des oiseaux ». Photographie © Stéphane Audran.

Retour sur la saison 2015/16 pleine d'idées nouvelles

Au cours des huit concerts de la saison parisienne 2015-2016 (la saison lyonnaise comprenait quatre concerts), les Pianissimes ont élargi leur cercle, grâce à leurs idées innovantes. Outre des récitals « habituels », on pouvait compter deux nouveautés. D'abord, le système de vote des mélomanes sur internet pour choisir leur pianiste favori parmi les trois proposés : c'est Célia Oneto-Bensaid qui a ainsi assuré la soirée du 4 avril, sur le thème de « passions baroques », avec suite no 5 HWV 430 de Händel, Variations et fugue sur un thème de Händel, opus 24 de Brahms, et Le tombeau de Couperin de Ravel. La deuxième nouveauté est l'alliance entre la musique et la danse : danseur étoile de l'Opéra de Paris, Mathieu Ganio, a relevé un défi, le 16 mai au Café de la Danse, en tant que danseur, mais aussi acteur, pour la première fois, dans le spectacle « Le Rappel des oiseaux ». La mise en scène d'Orianne Moretti, qui est une adaptation du Journal d'un fou de Gogol, et la chorégraphie de Bruno Bouche, sont simples, mais extrêmement efficaces tout en soignant les détails, en y introduisant subtilement des pièces de J.S. Bach, Rameau et F. Couperin interprétées au piano par Kotaro Fukuma.

Tout au long de la saison, Les Pianissimes se faisaient également remarquer par le choix des artistes proposant des programmes originaux, comme Florian Noack (7 mars) avec des œuvres, entre autres, de Nikolaï Medtner (1879-1951) et Sergueï Lyapunov (1859-1924), et Natacha Kudritskaya (19 octobre) qui a alterné Debussy et Abel Decaux (1869-1943).

Le festival d'été à Saint-Germain-au-Mont-d'Or

PianissimesConcert pédagogique aux Pianissimes. Photographie © D. R.

L'un des « petits » festivals les plus dynamiques en France, Le Festival Pianissimes viennent de terminer sa 11e édition en banlieue lyonnaise. Cinq concerts se sont succédé sur trois jours, du 24 au 26 juin. Cette série a été précédée par deux concerts pédagogiques les 23 et 24 juin, en conclusion d'une année de travail avec des écoliers de l'agglomération lyonnaise, autour du Carnaval de Schumann.

Concert d'ouverture

Julie Alcaraz. Photographie © D. R.

Les pianissimes ont la tradition de confier le concert d'ouverture à un jeune pianiste prometteur et c'est Julie Alcaraz qui ouvre le festival sur la scène en plein air du Domaine des Hautannes avec Rameau (suite en la mineur), Schumann (Carnaval) et Albeniz (extraits d'Ibéria). La jeune pianiste aux origines espagnoles, lauréate des Fondation Cziffra et Meyer et actuellement en cursus d'artiste interprète au Conservatoire national supérieur de Paris, se distingue par un jeu sensible et raffiné, notamment dans Rameau et par une flamme intérieure qu'elle n'arrive toutefois pas encore à extérioriser entièrement (Albeniz). Victime des aléas du plein air, elle doit interrompre le récital à cause d'un orage accompagné de pluie battante au beau milieu du Carnaval, et reprendre là où elle a dû s'arrêter, dans l'église du village, une bonne demi-heure plus tard. Changement d'instrument dans une acoustique totalement différente. Quelle expérience inoubliable tant pour la jeune pianiste que pour le public !

Iddo Bar-Shai et le quatuor Ardeo dans un programme classique et romantique

Le quatuor Ardeo et Iddo Bar-Shai. Photographie © D. R.

Samedi 25 juin, Iddo Bar-Shai donne son récital à l'église de Neuville sur Saône. Dans une acoustique plus adaptée que dans l'église de Saint-Germain, les festivaliers apprécient des pièces pour clavecin de François Couperin (la plupart jouées lors du spectacle « Les Ombres errantes »), la sonate no 39 de Haydn, des mazurkas et la Polonaise fantaisie de Chopin. La sonate de Haydn n'est pas parmi les plus connues, mais représenterait bien l'art du compositeur : clarté et concision. Du début à la fin, le concert est sous le signe du lyrisme que le pianiste exprime et met en avant si bien.

Dans la soirée, sous le ciel devenu clément du Domaine des Hautannes, le quatuor Ardeo présente la nature en musique, à travers le quatuor dit « L'oiseau » de Haydn et le quintette « La Truite » de Schubert, avec Bar-Shai et Cédric Carlier, contrebasse solo de l'Orchestre de l'Opéra national de Lyon. Les deux œuvres ont d'autres complices, les vrais oiseaux qui chantent dans les arbres au rythme et aux notes de la musique, comme s'ils étaient ravis de participer à la soirée ! La vivacité pétillante des musiciens, notamment dans le presto final de Haydn et le scherzo de Schubert, crée un beau contraste avec les mouvements lents interprétés comme une sorte de soupir. Notons que Guillaume Latour, qui avait remplacé Carole Petitdemange pendant le congé maternité de celle-ci, assumait pour la dernière fois son rôle, avant de repartir pour de nouvelles aventures. Grand bravo à Guillaume.

Jazz et concert de clôture

Bechet Jazz Quartet. Photographie © D. R.

Traditionnellement, le concert de dimanche à 11 heures sort du genre « classique » et nous avons entendu l'excellent Bechet Jazz Quartet sous un soleil matinal et estival, après le traditionnel (lui aussi) petit-déjeuner offert par l'association. Les rythmes de blues, de swing, de bougie-woogie, ou de stride, apportent la bonne humeur, d'autant que quelques compositions originales du pianiste Jean-Baptiste Franc reprenant les « standards » du classique — La Danse d'Anitra de Grieg, l'ouverture de Tannhauser de Wagner, ou la Valse de l'adieu de Chopin — attirent particulièrement l'attention. Le public, familial, goûte à la magie de la musique, engendrée par l'énergie débordante du saxophoniste Olivier Franc, la virtuosité surprenante du contrebassiste Gilles Chevaucherie, les rythmes entrainants du batteur Daniel Bechet, et les sons vigoureux du pianiste Jean-Baptiste Franc.

Geoffroy Couteau. Photographie © D. R.

Le concert de clôture est entièrement consacré à Brahms. Geoffroy Couteau, en remplaçant au pied levé le pianiste initialement prévu qui était souffrant, propose les six pièces pour piano opus 118 et la 3e sonate opus 5, en faisant écho à son enregistrement de l'intégrale des œuvres pour piano seul du compositeur, sorti récemment. En premier lieu, des pièces de la période de maturité, d'une grande profondeur, puis, une composition de la première période, avec toute une exubérance juvénile, mais qui, par endroits, annonce déjà l'opus 118 : la combinaison est peu fréquente, mais intelligente, pour montrer les deux facettes opposées de l'art de Brahms. Et Geoffroy Couteau réussit son pari, son jeu devenant plus engagé et plus profond dans la sonate, conférant ainsi un bel équilibre à ces deux opus aux deux extrémités de la vie créatrice du compositeur.

Dans la saison prochaine, Les Pianissimes invitent à Paris de très talentueux pianistes tels que David Violi, Alexandre Kantorow ou Andrew Tyson et réaffirmeront ainsi leur soutien auprès de jeunes talents exceptionnels.

Les Pianissimes au Domaine des Hautannes. Photographie © D. R.

Strapontin au Paradis
2 juillet 2016

 

Strapontin au Paradis [sap@musicologie.org]. Ses derniers articles : Lille Piano(s) Festival (II) : variations sur le thème de l'originalitéLille Piano(s) Festival : grande crue pour la 13e édition (I)Lieder de Brahms par Mario Hacquard et Lorène de Ratuld Les musiciens et la Grande Guerre : « à nos morts ignorés », par Marc Mauillon et Anne Le Bozec - « Chant de guerre » : des musiques avec harmonium au temps de la Grande GuerreTous les articles.

 

 

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
06 06 61 73 41

ISSN  2269-9910

▉ Contacts
▉ À propos
<
▉ S'abonner au bulletin
▉ Collaborations éditoriales
▉ Cours de musique
▉ Téléchargements
▉ Soutenir musicologie.org
▉ Colloques & conférences
▉ Universités en France
▉ Analyses musicales

▉ Articles et documents
▉ Bibliothèque
▉ Presse internationale
▉ Agenda
▉ Analyses musicales

Recherche dans musicologie.org

 

© musicologie.org 2016

bouquetin

Dimanche 3 Juillet, 2016 3:39