musicologie

Actualités Biographies Encyclopédie Textes Livres Cédés Annonces Recherche

Inauguration de l'Orchestre des jeunes d'Île-de-France

Orchestre des jeunes d'Île-de-France. Photographie © D. R.

2 juillet 2016, Auditorium Marcel Landowski, Conservatoire à Rayonnement régional de Paris, David Molard (direction), Triin Ruubel (violon).

Par Stapontin au Paradis ——

C'est en janvier de cette année qu'un collectif de jeunes musiciens se lance dans le projet de créer un orchestre professionnel de jeunes dans la région francilienne. Ce 2 juillet, l'Orchestre des jeunes d'Île-de-France (OJIF) a donné son concert d'inauguration, dans la salle pleine à craquer, sous la direction de David Molard, chef assistant associé de Paavo Järvi depuis 2014. Le programme est ambitieux : Unfinished journey du compositeur franco-libanais Bechara El-Khoury, concerto pour violon de Mendelssohn et symphonie no 1 « Titan » de Mahler.

L'orchestre est constitué de musiciens issus du Conservatoire national supérieur de Paris, du Pôle supérieur de Paris-Boulogne-Billancourt et des conservatoires franciliens (excellence), encadrés par des musiciens en poste dans les grandes phalanges parisiennes (transmission), et s'ouvre vers la grande ceinture et les banlieues écartées des réseaux de diffusion habituels, grâce aux concerts pédagogiques et aux nouvelles formes de concerts (ouverture). Ces trois axes conduiront toute l'aventure de cette formation qui vient de naître.

Unfinished Journey pour violon et orchestre à cordes, est commandé par le Festival Menuhin de Gstaad, à l'occasion du dixième anniversaire de la mort du violoniste, et créé le 12 mars 2009 à Berlin par Daniel Hope, son dédicataire, avec la Kammerakademie Potsdam. Son titre se réfère à celui d'un livre de Menuhin et l'œuvre, en un seul mouvement, a un caractère méditatif : « Harmonies sombres, lumineuses, suspendues, pour évoquer ce grand souvenir, en soutenant le chant du violon qui monte vers le ciel, vers l'infini... » a dit le compositeur au moment de la création.

La jeune violoniste estonienne (née en 1988) Triin Ruubel interprète ce « grand souvenir » avec expression de nostalgie, à travers des chants larges. La largesse est l'une des qualités de Ruubel, perceptible dans les mélodies de Mendelssohn qu'elle conçoit à travers des phrasés amples. La richesse de ses expériences scéniques est immédiatement reconnaissable dès qu'il y a des passages délicats pour l'orchestre, où le maintien rythmique est parfois difficile. Le dynamisme ne manque pas chez les jeunes musiciens : la symphonie de Mahler est une réussite avec une interprétation soignée, et de surcroît, on ressent tout au long de l'œuvre leur plaisir et fierté de jouer.

On ne peut que souhaiter le développement de leur projet et l'entichissement de leur répertoire, suivant le principe de formation « à géométrie variable ». 

Le site de l'orchestre

 

Stapontin au Paradis
10 juillet 2016

Triin Ruubel interprète le sonate no 3 « Ballade », d'Eugène Ysaÿe.

 

Strapontin au Paradis [sap@musicologie.org]. Ses derniers articles :Œuvres pour piano seul de Benjamin Godard par Éliane Reyes — Festival Les PianissimesLille Piano(s) Festival (II) : variations sur le thème de l'originalitéLille Piano(s) Festival : grande crue pour la 13e édition (I)Lieder de Brahms par Mario Hacquard et Lorène de Ratuld Les musiciens et la Grande Guerre : « à nos morts ignorés », par Marc Mauillon et Anne Le Bozec - « Chant de guerre » : des musiques avec harmonium au temps de la Grande GuerreTous les articles.

 

 

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
06 06 61 73 41

ISSN  2269-9910

▉ Contacts
▉ À propos
<
▉ S'abonner au bulletin
▉ Collaborations éditoriales
▉ Cours de musique
▉ Téléchargements
▉ Soutenir musicologie.org
▉ Colloques & conférences
▉ Universités en France
▉ Analyses musicales

▉ Articles et documents
▉ Bibliothèque
▉ Presse internationale
▉ Agenda
▉ Analyses musicales

Recherche dans musicologie.org

 

© musicologie.org 2016

bouquetin

Lundi 11 Juillet, 2016 1:36