bandeau texte

musicologiedimanche 27 novembre 2016

Actualités  Biographies  Encyclopédie  Textes  Livres  Cédés  Annonces  Recherche

Le tempo dans l'acte de performance

Colloque des 30 et 31 mars 2017, Dijon.

Organisé par le Centre Georges Chevrier (UMR 7366 CNRS) et le Département de musicologie de l'Université de Bourgogne Franche-Comté, en partenariat avec le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris.

Si les notions de Rythme, de Mouvement et de Temps ont déjà fait l'objet de plusieurs manifestations et publications scientifiques (parmi les plus récentes :  « Le rythme », colloque de Montpellier, IUF, 18-20 mai 2015 ; « Philologies du rythme et du son », 2014-2018, CRAL-EHESS-CNRS, Le Mouvement en musique à l'époque baroque, [Dir. Hervé Lacombe], Metz, Éd. Serpenoise, 1996, etc.), celle de tempo a été moins étudiée de façon systématique en musicologie. Le colloque dijonnais se propose d'examiner de manière pratique, théorique et transversale le rôle de ce paramètre essentiel tant dans la composition que dans la performance.

Avant l'invention du métronome au XIXe siècle, ce sont les termes de mouvement qui donnaient une indication sur la vitesse d'exécution des œuvres, tout en apportant une connotation émotionnelle. Tout en continuant d'utiliser ces termes, les compositeurs ont pu préciser leurs intentions en ajoutant une indication métronomique. La généralisation progressive de cette notion a eu un impact fort que l'on peut mesurer à l'aune des écrits de compositeurs, des discours d'interprètes, des méthodes d'interprétation, des traités d'orchestration, des critiques de la presse spécialisée et des écrits musicologiques.

La question du tempo se pose de manière non moins cruciale dans les musiques non écrites (de tradition orale, à base improvisée ou semi-improvisée). La relation tempo/genre est aussi fondamentale dans l'appréhension et dans l'identification esthétique de certaines mouvances des musiques actuelles (par exemple, le metal), sans oublier les rapports entre le tempo « machine » et le tempo « performer humain » qui sont une problématique fréquemment rencontrée dans les musiques électroniques.

Les communications pourront aborder la problématique du tempo avec diverses approches (théorique, analytique, historique), sous l'angle d'un répertoire spécifique, ou en se concentrant sur une étude de cas (une œuvre dans ses diverses déclinaisons interprétatives ou sur le jeu d'un interprète).

Parmi les problématiques possibles, nous envisageons :

Le colloque souhaite intégrer les travaux de jeunes chercheurs et les réflexions des performers. Il ménagera des temps de communications ainsi que des moments musicaux et des tables-rondes.

Comité scientifique : Claude Abromont, professeur d'analyse au CNSMDP ; Séverine  Féron, ATER  département  de  musicologie  uBFC,  Centre  Georges Chevrier ; Philippe Gonin, Maître de conférence, département de musicologie de l'uBFC, centre Georges Chevrier ; Philippe Lalitte, Maître de conférence HDR, LEAD (CNRS UMR 5022).

Les  propositions  de  communications  (résumé  de  3000  signes  et  brève présentation biographique) doivent être adressées avant le 25 janvier 2017 à : Severine.Feron@u-bourgogne.fr

 

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
06 06 61 73 41

ISSN  2269-9910

▉ Contacts

▉ À propos

<

▉ S'abonner au bulletin

▉ Collaborations éditoriales

▉ Analyses musicales

▉ Analyses musicales

▉ Cours de musique

▉ Soutenir musicologie.org

▉ Colloques & conférences

▉ Universités en France

 

© musicologie.org 2016

bouquetin

Lundi 28 Novembre, 2016 1:50