bandeau textes

musicologie

Actualités  Biographies Encyclopédie  Textes  Livres  Cédés  Annonces  Recherche

Magnetic Orchestra avec Éric Le Lann : « Now », une balade dans l'espace-temps

Magnetic Orchestra, Now : Benoît Thévenot (piano), François-Régis Gallix (contrebasse), Nicolas Serret (batterie), Éric Le Lann (trompette). Magnetic Orchestra 2015 (MO 003).

29 septembre 2016, par Alain Lambert ——

La star et le trio, ou quand l'ufo, à trois, devient ovni,à quatre. Car la thématique de la pochette, la fusée, la carapace volante non identifiée et le morceau Stellar, une relecture de Stella by Starlight, ne fait que nous inciter à cette rêverie stellaire.

D'autant que la musique du trio, Benoit Thévenot, piano, Nicolas Serret, batterie, et François Gallix, contrebasse,  nous entraîne loin de la terre et de sa lourde gravité, malgré quelques turbulences parfois, au décollage en particulier, avec un Top clean un peu frénétique et très tendu. On sent les étages se détacher à chaque reprise.

Puis la trompette brumeuse et volatile d' Éric Le Lann nous accompagne dans la stratosphère sur Yesterdays. Le piano aussi se fait plus léger, et ses complices plus aériens. Même ambiance avec Sardine, une composition du trio, comme Ah Que !!! et Stellar... Les autres sont soit du batteur (Circling around avec le trompettiste et Rantanplan qui porte bien son nom), soit du pianiste (Elan avec le trompettiste, Hummm now, Top clean repris en final), soit des standards, Soul Eyes, ou Yesterdays et Well you needn't où l'on retrouve le quatrième larron spatial.

À noter à propos d'Archie, la composition très ouverte du contrebassiste, déjà présente sur le cédé du Collectif Mu (Gael Horellou, David Sauzay...) il y a maintenant 20 ans, qu'elle est aussi sur le cédé des Permutants, Alive !, qui vient de paraître. François Gallix y est le seul mutant restant, avec autour de lui huit musiciens de la nouvelle génération.

Un trio très équilibré, même à quatre, par exemple dans Elan, où la construction redistribue bien les rôles, et relance constamment notre attention loin des sentiers battus.

Avec le thème de Monk, la trompette de l'invité se fait encore plus nostalgique d'un son fort lointain, déjà entendu autrefois, même s'il manque la guitare de René Thomas. C'est sans doute le principe des incursions dans l'espace-temps, telles que le jazz les permet.

Un beau voyage interstellaire plein de surprises. On peut écouter des extraits sur le site des astronautes, et plus si affinités.

 

Alain Lambert
29 septembre 2016

 

Alain Lambert : alain@musicologie.org - Ses derniers articles : Rachelle Garniez « Who 's Counting » le blues de New York —  Le festival PAN ! : un panorama des jazz pas banal ! — Christophe Dal Sasso Quintet + String Trio, « Les nébuleuses » : du jazz étoilé !Le violon volcanien d'Adam Bałdych et le Helge Lien Trio — Rantala, Danielsson, Erskine : « how long is now ? » — Jazz at Berlin Philarmonic VI : « Celtic Roots » ou le blues du monde — ... Plus sur Alain Lambert, tous ses articles.

 

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
06 06 61 73 41

ISSN  2269-9910

▉ Contacts
▉ À propos
<
▉ S'abonner au bulletin
▉ Collaborations éditoriales
▉ Cours de musique
▉ Téléchargements
▉ Soutenir musicologie.org
▉ Colloques & conférences
▉ Universités en France
▉ Analyses musicales

▉ Articles et documents
▉ Bibliothèque
▉ Presse internationale
▉ Agenda
▉ Analyses musicales

Recherche dans musicologie.org

 

© musicologie.org 2016

bouquetin

Vendredi 30 Septembre, 2016 1:29