bandeau textes musicologie
jeudi 15 décembre 2016

Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda
Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir

Motets et symphonies de Louis-Nicolas Clérambault

Louis-Nicolas Clérambault, Motets à trois voix d'hommes et symphonies. Ensemble Sébastien de Brossard, sous la direction de Fabien Armengaud. Paraty 2016 (PARATY 516141).

Louis-Nicolas Clérambault, fils d'un des « 24 violons du roi » est initié très jeune au jeu du violon et du clavecin, suit des cours de composition et d'orgue, est nommé à des tribunes importantes et publie son premier livre de pièces pour orgue à l'âge de 34 ans. Apprécié à la cour royale, il est nommé surintendant de la musique et organiste de Madame de Maintenon, organiste de la maison royale de Saint-Cyr (à la suite de Nicolas Nivers), une école pour jeunes filles de l'aristocratie désargentée créée par Madame de Maintenon. Dans cet emploi, où il fait travailler le chœur, mais aussi pour d'autres commanditaires, comme le collège Louis-le-Grand, il compose de courts drames lyriques, des cantates, plus de 130 motets, des oratorios, tant profanes que liturgiques, à une époque où le style de ces deux fonctions a tendance à s'unifier dans les lieux fréquentés par la haute société.

Son écriture méticuleuse, son sens de la mélodie et de l'élégance musicale étaient appréciés. On appréciera ici une partie de l'art de Clérambault, particulièrement marqué par le culte marial, dans une interprétation privilégiant la clarté du contrepoint, dans des œuvres peu ou pas encore jouées de nos jours.

Le claveciniste et organiste Fabien Armengaud, chef assistant et continuiste de la maîtrise de Centre de musique baroque de Versailles, a créé l'ensemble Sébastien de Brossard en 2014 :

Fabien Armengaud (orgue, clavecin, direction), Cyril Auvity (haute-contre), Jean-François Novelli (taille), Alain Buet (basse-taille), Léonor de Récondo (violon), François Costa (violon), Valérie Balssa (traverso), Lucie Rio-Humbrecht (traverso), Maud Caille (flûte à bec), Guillaume Cuiller (hautbois), Mathurin Matharel (basse de violon), Thibaut Roussel (théorbe).

« Impia turcarum gens », Motet pour la canonisation de saint Pie (extrait), plage 4.

 

1-7. Motet pour la canonisation de saint Pie.

8. Panis angelicus, motet du Saint-Sacrement.

9-13. Motet à trois voix, tiré du psaume 76.

14-18. Salve Regina, antienne à la Sainte-Vierge.

19. Monstra te esse matrem, antienne à la Sainte-Vierge.

20-28. Magnificat à 3 voix et base continue.

29. Sub tuum praesidium, antienne à la Sainte-Vierge.

30. O Piisima, o sanctissima, motet à la Sainte-Vierge.

Jean-Marc Warszawski
15 décembre 2016

 

musicologie.org, 56 rue de la Fédération, F - 93100 Montreuil. 06 06 61 73 41

ISSN 2269-9910

© musicologie.org 2016

bouquetin

Mercredi 7 Décembre, 2016 23:05