bandeau textes

musicologiemercredi 7 décembre 2016

Actualités  Biographies  Encyclopédie  Textes  Livres  Cédés  Annonces  Recherche

Pour Claude Helffer : les échos et les résonances de la pianiste Maria Paz Santibañez

Maria Paz Santibañez, Échos et résonances: hommage à Claude Helffer. Œuvres de Claude Debussy et Miguel Farías. La mà de guido 2016 (LMG 2141).

Enregistré au studio Sequenza de Montreuil (Thomas Vingtrinier) en 2016.

7 décembre 2016, par Jean-Marc Warszawski ——

On connaît l’admiration de Maria Paz Santibañez pour Claude Helffer (1922-2004), avec lequel elle a travaillé de 2002 à 2004, égalerment l’amour qu’elle cultive pour son pays le Chili, où en 1987, lors d’une manifestation estudiantine, un policier lui a tiré une balle dans la tête, l’attirance qu’elle éprouve pour la France, mais c’est connu, tout artiste a deux pays, le sien et la France, qui dès 1973, année du funeste coup d'État, accueillit bien des réfugiés chiliens, dont les Quilapayún, le groupe Trabunche, ou le célèbre chanteur Héctor Paves (et sa sœur Raquel la danseuse). La ville de Bagnolet s’est honorée en nommant Sergio Ortega (le compositeur de El pueblo unido jamás será vencido) à la direction de son conservatoire de musique.

Malgré cette agression et une difficile rééducation, Maria Paz Santibañez a continué ses études de piano à l’Université du Chili et au Conservatoire de Prague, avant de se fixer à Paris en 1999 pour des cours de perfectionnement. Il est heureux que ses activités d’attachée culturelle à l’ambassade du Chili de Paris depuis  2014, ne la détournent pas de sa carrière pianistique.

Ce cédé, hommage à Claude Helffer, est un projet qui lui tenait à cœur, son sous-titre « Échos et résonances » l’évoque parfaitement, tant par l’esthétique des œuvres qui y sont enregistrées, que par l’esprit, repris de Claude Helffer, qui aimait mêler (comparer, mettre en conversation) aux œuvres du xxe siècle auxquelles il se consacrait, celles de Beethoven, en écho ou en résonance.

Ici deux mondes contrastés cohabitent : les volutes claires obscures et vaporeuse de Claude Debussy, et la frappe incisive, insistante, tranchante de la Suite H (commande de la pianiste) et de quatre des douze études de Miguel Farías, un compositeur né en 1983, à la renommée déjà établie.

Suite H comme Helffer, de courtes pièces dans lesquels le compositeur, concerte avec les Notations de Pierre Boulez et les sonates de Beethoven.

C'est le septième des cédés enregistrés par Maria Paz Santibañez, consacrés à des compositeurs chiliens du xxe siècle, dont Eduardo Cáceres, à des compositeurs russes pour l'excellent label polonais Acte Préalable, et très remarqué, aux études d'interprétation de Maurice Ohana.

Miguel Farías, Suite H, IV. Plage 7.

 

Claude Debussy

1. Reflets dans l'eau.

2. Hommage à Rameau.

3.Mouvement.

Miguel Farías

4-7 Suite H (I., II., III., IV.)

8-11. Études (9, 10, 11, 12.)

Claude Debussy

12. Le vent dans la plaine.

13. Ce qu'a vu le vent d'Ouest.

14. Brouillards.

15. La terrasse des audiences du clair de lune.

 

 Jean-Marc Warszawski
7 décembre 2016

 

 

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
06 06 61 73 41

ISSN  2269-9910

▉ Contacts

▉ À propos

<

▉ S'abonner au bulletin

▉ Collaborations éditoriales

▉ Analyses musicales

▉ Analyses musicales

▉ Cours de musique

▉ Soutenir musicologie.org

▉ Colloques & conférences

▉ Universités en France

 

© musicologie.org 2016

bouquetin

Jeudi 8 Décembre, 2016 3:58