musicologie

Actualités Biographies Encyclopédie Textes Livres Cédés Annonces Recherche

Récital de Yuja Wang au Festival de Verbier

yuja WangYuja Wang au Festival de Verbier. Photographie © Nicolas Brodard.

 

24 août 2014, par Strapontin au Paradis ——

Le retour de Yuja Wang dans la salle des Combins du Verbier Festival, le 27 juillet, a suscité un engouement chez les festivaliers, habitués ou non. En effet, c’était au cours de son premier récital à Verbier, en 2008, qu’elle interpréta le Vol du bourdon de Rimski-Korsakov arrangé par Cziffra. La vidéo de cette interprétation a été visionnée plus de quatre millions de fois et a contribué à la célébrité de la pianiste, grâce également à d’autres vidéos similaires. Le public du Festival est donc très attaché à elle et c’est toujours avec amitié qu’il l’y accueille.

Ce soir-là, elle modifie légèrement le programme en remplaçant les ballades opus 10 de Brahms par Scarbo de Ravel qu’elle place juste avant l’entracte. Les Kreisleriana de Schumann, jouées en premier lieu, montrent bien sa facilité technique qui impressionne toujours. Quant à sa musicalité, elle pourrait être prise comme superficielle, et qui est effectivement souvent considérée ainsi, mais il faudra tout de même admettre que peu de pianistes de sa génération sont capables de s’exprimer comme elle le fait. Elle se remarque notamment par son sens rythmique qui donne une touche aiguë à son interprétation. Celle-ci demeure assez classique malgré sa virtuosité sensationnelle, ou à cause de celle-ci. Ce côté conventionnel est plus prononcé dans Scarbo. Sa dextérité permet de jouer la partition à la perfection, mais cela nous laisse cruellement sur notre faim : le maléfique gnome n’a pas de visage, son rire cynique et effronté n’est qu’un bruit comme les autres…

La sonate « Hammerklavier » de Beethoven a plus d’expression sous ses doigts. Elle réussit notamment dans le large mouvement de l’« Adagio sostenuno », où elle devient plus intéressante par sa placidité que par son opulence habituelle.

En bis, La Marche Turque de Mozart arrangé façon jazz par Fazil Say que Yuja Wang modifie à son gré, et la Carmen Fantaisie de Horowitz, deux œuvres parfaitement adaptées pour une démonstration de son brio digital.

Le récital est suivi d’un concert-surprise pour fêter les dix ans de collaboration du le Festival avec Medici.tv (plateforme de streaming et de vidéos à la demande). Après les allocutions de Martin T:son Engström, fondateur du Festival, et de Hervé Boissière, fondateur de la plateforme de streamings et de vidéos à la demande, une douzaine de musiciens défilent sur scène pour donner en tout, sept pièces, notamment Danse Klezmer no 2 pour clarinette et septuor à cordes (création mondiale) de Göran Fröst et la sonate pour violoncelle et piano de Evgeny Kissin.

 

 

Stapontin au Paradis
24 août 2016

 

Strapontin au Paradis [sap@musicologie.org]. Ses derniers articles : Soirées concertantes, récitals de jeunes interprètes, et clôture à La Roque d’AnthéronAndrás Schiff joue et dirige le Verbier Festival Chamber Orchestra dans Bach, Haydn, BeethovenMusique de chambre à Verbier : deux rencontres au sommet Jonas Vitaud au temple de Lourmarin au Festival de La Roque d’Anthéron –— « Concerts de 14 heures 30 » à l'église de Verbier, des outsiders poids lourdÀ Verbier, le jeune violoniste suédois Daniel Lozakovich fait sensationTous les articles.

 

 

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
06 06 61 73 41

ISSN  2269-9910

▉ Contacts
▉ À propos
<
▉ S'abonner au bulletin
▉ Collaborations éditoriales
▉ Cours de musique
▉ Téléchargements
▉ Soutenir musicologie.org
▉ Colloques & conférences
▉ Universités en France
▉ Analyses musicales

▉ Articles et documents
▉ Bibliothèque
▉ Presse internationale
▉ Agenda
▉ Analyses musicales

Recherche dans musicologie.org

 

© musicologie.org 2016

bouquetin

Jeudi 25 Août, 2016 16:35