rectangle

musicologie

Biographies musicales

rectangle_actu

rectangle

rectangle

bandeau bio

S'abonner au bulletin

 

 

Johannes Afflighemensis

v. 1053 - v. 1121

 

 

La dédicace du Musica cum tonario à Fulgentius a ouvert un débat sur la personnalité de Johannes Afflighemensis. Fulgentius est-il « Angelorum antiste » (abbé des anges, comme le pense Waesberghe ou Malcolm), dénomination courante en flandre, ou est-il, comme il est écrit dans les manuscrits  « Anglorum antiste » (abbé des anglais).

Son traité, De musica cum tonario, était connu par Jacques de Liège, et répandu dans les abbayes cisterciennes. Ce qui laisse penser que Johannes Affligemensis fut membre de la communauté cistercienne d'Afflighem. La rédaction de son traité est contemporaine de la création de l'ordre de Cîteaux (1098). Le surnom « Cotto » est tardif.

Écrits

De musica cum tonario (vers 1100-1121)

Manuscrits

  • Ms. Diez B. Sant. 151, Berlin, Staatsbibliothek Preußischer Kulturbesitz (édition Waesberghe, tonaire)
  • Ms. Mus. Ms. theor. 215, id., (éd. Waesberghe, tonaire)

XIIe siècle

  • Ms. 213, Heiligenkreuz, Stiftsbibliothek, XIIe ou du XIIIe siècle, f. 143v-144r, Chapitres II et V, Videtur congruum ut quid utilitatis [...]
  • Ms. 21, Rein, Stiftsbibliothek, v. 1190, f. 19v-47r
  • Ms. Cpv 51, & Ms. Cpv 2502, Wien, Österreichische Nationalbibliothek, XIIe siècle, f. 62v-70v
  • Ms. F IX 36, Basel, Bibliothèque universitaire, XIIe siècle pour cette partie, f. 2r-64v
  • Ms. K 505, Karlsruhe, Badische Landesbibliothek, origine à Bamberg, XIIe-XIIIe siècles, f. 1-35 & tonaire f. 35-40 (fragments; Épître à Fulgence d'Afflighem)
  • Ms. 8° Cod. Ms. 375 (Cim 13), München, Universitätsbibliothek, origine allemande, XIIe-XIIIe siècles, f. 8v-27 & 35-37v, tonaire
  • Ms. lat. 79, Leipzig, Universitätsbibliothek, XIIe siècle
  • Ms. Cotton Vespasian A. II, London, British Library, originaire de Caterbury, XIIe siècle, f. 131-138 (fragment)
  • Ms. Ashburnham 1051, Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, XIIe-XIIIe, f. 75v-88v
  • Ms. Regulae lat. 1196, Roma, Biblioteca Vaticana, XIIe siècle, f. 11r-40v
  • Ms. ML 171 C 77 (Philipps 1281), Washington, Library of Congress, Music Division, origine flamande, XIIe et XIVe siècles. f. 1-29v

XIIIe siècle

  • Ms. F IX 54, Basel, Bibliothèque Universitaire, XIIIe-XIVe siècles, f. 2r-3, chapitres III, II, XVII
  • Ms. Clm 2599, München, Bayerische Staatsbibliothek, origine allemande, XIIIe siècle, f. 77-92 & f. 92v-94, tonaire
  • Ms. VIII D. 12, Napoli, Biblioteca nazionale, fin XIIIe siècle, f. 1r-20
  • Ms. lat. 4357, Roma, Biblioteca Vaticana, origine française ou italienne, fin XIIIe-début XIVe siècle. f. 57r-64r

XIVe siècle

  • Ms. a VI 44, Salzburg, Abtei Sankt Peter, daté 1490, f. 26r-41r, Chap. II, XVII, IV
  • Ms. Amplon 93 XIV C 2/2, Erfurt, Wissenschaftliche Allgemeinbibliothek
  • Ms. Amplon 94 XIV, Erfurt, Wissenschaftliche Allgemeinbibliothek
  • Ms. Hs. II. 375, Mainz, Stadtbibliothek, daté avec prudence de 1466, f. 12 (fragments) & f. 61-65v, Ysidorus tertio Ethymologiarium Musica est modulandi peritia in cantu sonoque consistens
  • Ms. 98 th. 4°, Regensburg, Bischöfliche Zentralbibliothek, Proskesche- Musikbibliothek, origine allemande, daté 1457-1476, f. 258-261
  • Ms. 42, Saint-Dié, origine italienne supposée, fin XIVe siècle, f. 59rv

XVe siècle

  • Ms. 1861, Kraków, Biblioteka Jagiełłonska, origine supposée à Cracovie, v. 1445, f. 100-122, avec tonaire
  • Ms. I.Q.43, Wrocław, Biblioteka Uniwersytecka, fin XVe siècle, f. 109-134, avec tonaire

Éditions

  • BABB WARREN (trad.) & PALISCA CLAUDE V., Hucbald, Guido, and John on Music. Three Medieval Treatises. New Haven-London 1978 [avec trad. anglaise; introd. de Palisca rééd. en 1990]
  • GERBERT MARTIN (1720-1793), dans «Scriptores ecclesiastici de musica sacra potissimum [3 v.]», St. Blasien 1784; Hildesheim, Olms 1967 (2) [Édition électronique TML / Université d'Indiana]
  • KORNMÜLLER UTTO, Der Traktat des Johannes Cottonius über Musik. Dans «Kirchenmusikalisches Jahrbuch» (3) 1888, p. 1-22 [trad. allemande des chapitres 1, 2, 3]
  • MIGNE JACQUES-PAUL (1800-1875), Patrologiae cursus completus. Serie latina [221 v.]. Petit Montrouge 1844-1855; Turnhout 1966, (150) col. 1391-1420 [Édition électronique TML / Université d'Indiana]
  • SMITS VAN WAESBERGHE JOSEPH, Johannis Affligemensis de musica cum tonario Dans «Corpus Scriptorum de Musica» (1) American Institute of Musicology, Rome 1950 [Édition électronique TML / Université d'Indiana]
  • TRAUB ANDREAS, Zur Kompositionslehre im Mittelalter. Dans «Beiträge zur Gregorianik» (17) 1994, p. 57-90 [trad. allemande des chapitres 17-20)

Bibliographie

  • ATKINSON CHARLES, Johannes Afflighemensis as a Historian of Mode. Dans «Laborare fratres in unum». Festschrift László Dobszay zum 60. Geburtstag. Spolia Berolinensia (7), Hildesheim 1995, p. 1-10
  • BOHN PETER, Das liturgische Recitativ und dessen Bezeichnungen in den liturgischen Büchern des Mittelalters. Dans «Monatshefte für Musikgeschichte» (19) 1887, p. 34
  • ELLINWOOD LEONARD, John Cotton or John of Afflighem? Dans «Notes» (8, 4) 1950/51. p. 650
  • FEDERHOFER-KÖNIGS RENATE, Ein unvollständiger Musiktraktat des 14. Jahrhunderts in Ms. 1201 der Universitätsbibliothek Graz. Dans «Kirchenmusikalisches Jahrbuch» (44) 1960, p. 14-27
  • FLINDELL EDWIN Fr., Johannis Cottonis. Dans «Musica Disciplina» (20) 1966, p. 11-30 & (23) 1969, p. 7-11
  • GÉROLD THÉODORE, Histoire de la musique des origines à la fin du XIVe siècle. H. Laurens, Paris 1936, p. 183, 184, 193, 206, 207, 210, 229, 230, 249, 348
  • GUSHEE LAWRENCE A., Questions of Genre in Medieval Treatrise on music. Gattungen der Musik in Einzeldarstellungen. Gedenkschrift Leo Schrade. Berne-München 1973. p. 365
  • HUGLO MICHEL, Les tonaires. Inventaire, analyse, comparaison. Centre National de la Recherche Scientifique, Société Française de Musicologie, Paris Heugel 1971, p. 299
  • MACHABEY ARMAND, La notation musicale. Collection «Que sais-je?» (514), PUF, Paris 1971, p. 69
  • MALCOLM JOAN, Epistola Johannis Cottonis ad Fulgentium episcopum. Dans Musica Disciplina (47) 1993, p. 159-169
  • MARKOVITS MICHAEL, Das Tonsystem der abendländischen Musik im frühen Mittelalter. Dans «Publikationen der Schweizerischen Musikforschenden Gesellschaft» (II/30), Bern-Stuttgart 1977, p. 26, 36, 47, 54, 78, 100
  • NORBERT DUFOURCQ, Petite histoire de la musique. Larousse Paris 1960. p. 23
  • PALISCA CLAUDE V., Hucbald, Guido and John on music. Three medieval treatrises. New Haven 1979
  • —, An Introduction to the Musica of Johannes dictus Cotto vel Affligemensis. Dans: «Beyond the Moon», Festschrift Luther Dittmer. The Institute of Mediaeval Music. Musicological Studies (53), Ottawa 1990, p. 144-162
  • PESCE DOLORES, The Affinities and Medieval Transposition. Bloomington-Indianapolis 1987, p. 44
  • —, B-Flat: Transposition or Transformation? Dans «The Journal of Musicology» (4) 1985, p. 339
  • RECKOW FRITZ, Processus und structura. Über Gattungstradition und Formverständnis im Mittelalter. Dans «Musiktheorie» (1) 1986, p. 7
  • SCHNEIDER MARIUS, Der Wechsel der Modalitätsbestimmung im Lichte der Tonalitätskreistheorie. Dans «Kirchenmusikalisches Jahrbuch» (30) 1935, p. 23-35
  • SMITS VAN WAESBERGHE JOSEPH, Johannes of Afflighem or John Cotton? «Musica Disciplina» (6) 1952, p. 139-153
  • —, Some treatrises and their interrelations: A school of Liege c. 1050-1200? «Musica Disciplina» (3) 1949, p. 25 et 95
  • WANGERMÉE ROBERT, La musique flamande dans les sociétés des XVe et XVIe siècles. Édition Arcade Bruxelles 1965, p. 23
  • WIORA WALTER, Europäische Volksmusik und abendländische Tonkunst. Die Musik im alten und neuen Europa 1, Kassel 1957, p. 87
  • WITKOWSKA-ZAREMBA ELZBIETA, Pojecie muzyki w Krakówskich traktatach «Musicae planae» i polowy XVI wieku. Dans «Muzyka» 1984, p. 3-22
  • —, Late Reception of Johannes Affligemensis (Cotto) in East Central Europe. Dans «Cantus Planus», International Musicology Society Group. Papers Read at the 6th Meeting Eger 1993, Budapest 1995, p. 683-695
  • WOLF JOHANNES, Geschichte der Mensural-Notation von 1250-1460. Leipzig 1904, Hildesheim-Wiesbaden 1965, p. 1, 109

Sur le contenu de l'œuvre

Plan du traité (Gerbert)

  • I. Qualiter quis ad musicae disciplinam se aptare debeat.
  • II. Quae utilitas sit scire musicam, et quid distet inter musicum, et cantorem.
  • III. Unde sit dicta musica, et a quo et quomodo sit inventa.
  • IV. Quot sint instrumenta musici soni.
  • V. De numero litterarum, et de discretione earum.
  • VI. Qualiter mensurandum sit monochordum.
  • VII. Unde dicatur monochordum, et ad quid sit utile.
  • VIII. Quot modi sint, quibus melodia contexitur.
  • IX. Quot sint vocum discrepantiae, et de Diapason.
  • X. De modis, quos abusive tonos appellamus.
  • XI. De tenoribus modorum, et finalibus eorum.
  • XII. De regulari cursu modorum, atque licentia.
  • XIII. Super graeca notarum vocabula expositio.
  • XIIII. Quid faciendum sit de cantu, qui in perpetuo cursu deficit.
  • XV. Quod stultorum ignorantia saepe cantum depravet.
  • XVI. Quod diversi diversis delectentur modis.
  • XVII. De potentia musicae, et qui primitus ea in Romana ecclesia usi sint.
  • XVIII. Praecepta de cantu componendo.
  • XIX. Quae sit optima modulandi forma.
  • XX. Qualiter per vocales cantus possunt componi.
  • XXI. Quid utilitatis afferant neumae a Guidone inventae.
  • XXII. De pravo usu abiiciendo, et superfluis quorundam modorum differentiis.
  • XXIII. De diaphonia, id est organo.
  • XXIIII. De primo modo, et eius discipulo cum differentiis.
  • XXV. De tertio tono et quarto, et eorum differentiis.
  • XXVI. De quinto et sexto, et eorum differentiis.
  • XXVII. De septimo et octavo, et eorum differentiis.

L'incertitude des neumes

Les mélodies notées en neumes ne peuvent être déchiffrées avec sûreté: Bien des fautes s'introduisent par suite de lapsus de mémoire

Critique des lettres romaniennes

Les neumes ne donnent aucune certitude mais les lettres placées au-dessus n'évoquent pas moins de doutes, surtout quand plusieurs mots commencent par la même lettre, de sorte que la signification de celui ci s'ignore... ainsi c est le début de plusieurs mots, comme cito (vite), caute (avec prudence), clamose (d'une voix forte); de même l dans levia (légèrement), le niter (avec douceur), lascive (d'un ton lascif), lugubriter (d'un caractère lugubre) etc.(Gerbert II p. 259)

Utilisation des lettres pour la mélodie (tonaire)

La finale

La note la plus importante dans la composition est la finale qui devra être la tonique. Elle a une plus longue durée que les autres et les notes précédentes doivent s'adapter si heureusement qu'elles semblent tenir leur caractère spécial de la dernière. C'est d'après celle ci que se réglera toute la composition

La teneur

La teneur est généralement à la quinte de la finale en authente, à la tierce en plagal. Mais la teneur des 3 et 4es tons (mi) est sur ut et la.

Les modes 

 

 

 

Mode

Finale

Genre

Teneur

I

Authente

la

II

Plagal

fa

III

mi

Authente

si

IV

mi

Plagal

sol

V

fa

Authente

ut

VI

fa

Plagal

la

VII

sol

Authente

VIII

sol

Plagal

ut

Solmisation et représentation des intervalles

D'après Johannes Afflighemensis, les syllabes ut, ré, mi, fa, sol, la, sont d'usage courant. Au chapitre VIII, il les utilise pour démontrer les intervalles:

Dans ce schéma, deux systèmes se complètent. Linéairement, les intervalles tels qu'on les définit sur le monocorde, comme des fractions d'un segment de droite et le mouvement de la voix qui représente leur concrétisation musicale. Les mouvements de la voix ascendante et descendante sont discriminés, intensio pour la voix qui monte, remisio pour la voix qui descend. Bien que les trois « ut » de départ soient, par rapport à l'unisson représentés à un même niveau, la représentation diastématique n'est pas proportionnelle, pas plus que la représentation linéaire. Ce schéma peut se lire ainsi : Demi-ton mi-fa intensio, fa-mi remisio. Pour l'intervalle intitulé Semitonium cum diapente, demi-ton et quinte, ou sixte mineure pour le vocabulaire moderne, il est indiqué mi-fa intensio et fa-mi remisio, ce qui est, actuellement un demi ton. Il faut garder en mémoire non pas que le si n'existait pas (ce qui est vrai mais suppose à tort qu'il manquait) mais que tout demi ton est appelé mi-fa. Or, à partir de mi, et en montant, la sixte mineure contient 1/2 ton mi-fa, 1 ton fa-sol, 1 ton sol-la, 1 ton la-mi (à cause du 1/2 ton suivant), 1/2 ton mi-fa

On solfie donc diatoniquement

mi

fa

sol

la

mi

fa

Ce qui correspond de nos jours à

mi

fa

sol

la

si

do

Organum

On appelle cette manière de chanter vulgairement organum, parce que la voix humaine par des dissonances bien adaptées ressemble à l'instrument que l'on appelle orgue.
Décrit l'organum vaguant d'après le mouvement contraire et par monnayage : Deux ou trois notes de la vox organica correspondent à une note de la vox principalis.

Les cercles de Aribon : Au Chapitre XII

Johannes Afflighemensis reprend la démonstration des cercles exposée une trentaine d'année auparavant par Aribon

Ethos des modes

Le premier est grave, noble, tranquille. Le troisième marque l'indignation sévère.

Grèce ancienne

Correspondance entre les notes du clavier (Lettre) et les tensions définies dans les théories de l'antiquité grecque. Les lettres sont différentiées par octave (lettres majuscules, minuscules, doubles minuscules), tandis que les arcs de cercle indiquent les quartes ou tétracordes.

Démonstration des intervalles

 

Jean-Marc Warszawski
Novembre 1995-17 août 2006

 

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41

À propos - contact
S'abonner au Bulletin
Liste musicologie.org

Flux RSS

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Articles et études
La petite bibliothèque

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Nouveaux disques
Agenda

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale
Colloques & conférences
Universités françaises

Collaborations éditoriales

Soutenir musicologie.org


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

Samedi 13 Décembre, 2014 16:40

musicologie.org