Actualités  Encyclopédie  Articles / études  Bibliothèque   Livres  Disques  Agenda Recherche  

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P     R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

Neukomm Sigismund
1778-1858

Neukomm Sigismund (Ritter von ; chevalier de), né à Salzburg 10 juillet 1778, mort à Paris, 3 avril 1858.

Compositeur, organiste virtuose, théoricien, critique, chef d'orchestre. Il a contribué à faire connaître les oeuvres de Haydn et de Mozart en Europe.

Son père, David, est maître d'école. Il a 14 frères et sœurs dont Élisabeth (1789-1816) qui sera une chanteuse renommée à Vienne et Anton qui enseignera au conservatoire de Rouen.

En 1785, son premier professeur de musique est Franz-Xaver Weissenauer, organiste à la cathédrale de Salzburg, puis à partir des années 1790, il suit des cours avec Johann Michael Haydn (1767-1806, le frère de Joseph) titulaire depuis 1781 de  l'orgue de la cour et de la cathédrale de Salzburg en remplacement de Mozart. Il étudie au lycée bénédictin de Salzburg.

Sigismund Neukomm, Requiem (1868). Kusatsu Academy Chorus, Festival Brass Ensemble, Jörg Ewald Dähler, Fumiaki Kuriyama, Claudio Brizi, Edith Mathis.

En 1794 il est organiste à l'église de l'Université, où il suit des études de philosophie et de mathématiques, et en 1796, aide-répétiteur au théâtre de la cour. À la fin du mois de mars 1797, il s'installe à Vienne, où il est élève de Joseph Haydn dont il deviendra plus tard l'homme de confiance. Il se consacre aux sciences naturelles et à la médecine, et donne des cours de piano et de chant. Il a entre autres élèves Anna Milder (1785-1838) et le dernier fils de Mozart, Wolfgang.

En janvier 1804, il dresse la liste de ses compositions qui comporte plus de 2000 numéros (une copie au département de la musique de la Bibliothèque nationale de Paris).

En 1804, avec l'appui de Joseph Haydn, il se rend en Russie, où il est pendant une année maître de chapelle au Théâtre allemand de Saint-Petersburg, puis il est actif dans diverses villes comme chef d'orchestre (Stockholm en 1806), compositeur ou critique. En 1807, il est Membre de l'académie royale de Stockholm.

Sigismund von Neukomm, Grande Sinfonie heroïque, opus 19 (I. Andante sostenuto - allegro cons spirito), Die Kölner Akademie sous la direction de Michael Alexander Willens.

Il est de retour à Vienne en 1808, devient la même année membre de la Société philharmonique de Salzburg. En 1810, il choisit d'établir sa résidence à Paris. Il se lie d'amitié avec Gossec, Grétry, Cherubini. Il fréquente les salons Talleyrand, et y remplace au piano Dussek qui est mort en 1812.

En 1814 il accompagne  Talleyrand au Congrès à Vienne, où son Requiem à la mémoire de Louis XVI est joué, ce qui lui vaut d'être fait chevalier de la Légion d'honneur par Louis XVIII (d'où peut être son titre de chevalier, Archives Nationales, L1982060). La même année, il fait édifier une simple tombe pour Joseph Haydn, avec comme épitaphe, un canon énigmatique de sa composition Non omnis moriar.

Canon énigmatique de Sigismund Neukomm pour la pierre tombale de Joseph Hayd.

Le 2 avril 1816 il est dans la suite du comte de Luxembourg dans une mission diplomatique à Rio de Janeiro au Brésil, propice à ses activités. Il enseigne à la cour du roi Johanns VI, dirige des oeuvres de Mozart et de Haydn, mène des observations entomologiques et botaniques.

Lors de la révolution brésilienne, il accompagne la cour de Jean VI à Lisbonne, regagne Paris en 1821 et revient au service de Taleyrand.

Il a quitté Rio-Janeiro le 15 avril 1821, à bord de la Mathilde, embarqu à Pernambuco. Il atteint Lisbonne le 31 juillet, embarque le 6 septembre, débarque au Havre le 28. Il part du Havre 22 octobre, pour arriver le lendemain à Paris.

O Amor Brazileiro (1819), Rosana Lanzelotte (Pianoforte).

Il  entreprend de nombreux voyages : 1826, en Italie ; 1827, en Belgique et en Hollande ; 1929,  en Angleterre ; 1834 en Algérie, la même année il prend part au festival de Birmingham ou il semble faire une grande impression ; 1837, à Mayence où il prend part aux «Gutenberg-Feiern» ; 1838 en Autriche ; 1840 en Suisse et de nouveau à Mayence. Des projets de voyage en Afrique du Nord et en Orient n'ont pas été réalisés. Le 4 septembre 1842, il prononce le discours d'inauguration pour le monument à la mémoire de Mozart à Salzburg et dirige son Requiem les jours suivants. Il inaugure à Paris le nouvel orgue Cavaillé-Coll de l'église des Billettes. En Juillet 1845 il inaugure celui de la chapelle royale de Dreux. Il consacre ses dernières années à la composition. Il est enterré à Paris, au cimetière de Montmartre où son frère Anton repose également.

Sigismund Neukomm, À la Mémoire de notre ami Fr. Chopin. Pam Robison, harmonium, Reed Organ Society's gathering in Woodstock, Ontario 5 octobre 2013.

Il fut l'ami, entre autres de Lamartine, Mendelssohn, Moscheles. Il était docteur en musique de l'Université de Dublin.

Catalogue des œuvres (incomplet)

On décompte environ 1300 œuvres (pas les 2000 annoncées en 1804) : opéras, drames lyriques, symphonies, ouvertures, concertos, fantaisies pour orchestre, musique de piano, harmonium (orgue expressif), oratorios, une quinzaine de messes, Te Deum,  cantates, psaumes, environ 200 romances, des duos, trios, marches militaires, danses, des arrangements, 57 pièces pour orgue.

Écrits

Bibliographie

Discographie

1 / 00
9 grandes études pour orgue
Erik Feller
Orgue de la cathédrale de la Almundena, Madrid
Enregistré les 23-25 juin 2002  Disques ARION, ARN 68586 (2002)

Étude n° 1 en ut majeur (maestoso) — Étude n° 2 en fa majeur (andantino) — Étude n° 8 en fa majeur (andante) — Étude n° 10 en sol majeur (pastoral-andantino) — Étude n° 3 en ré majeur (maestoso) — Étude n° 20 en ut majeur (andante-sostenuto) — Étude n° 4 en la majeur (andantino) — Étude n° 19 en ut majeur (andante) — Étude n°  7 en ut majeur (andantino)
http://www.erikfeller.com

Sigismund Neukomm,
Messe de Requiem
Franz Schubert
Offertium il B-flat D. 936
Edith Mathis, soprano
Claudio Brizi, organ
Yoshiyuki Itoda, Masae Suzaki, Atsuko Kaneko & Koichi Yonenaga, contrabass
Festival Bras Ensemble
Jôrg Ewald Dähler, dir
Kusatsu Academy Chorus
Fumiaki Kuriyama, chorus conductor

Franz Schubert (1797-1828)
Offertium il B-flat D. 936
Ernst Haefliger, tenor
Jôrg Ewald Dähler, dir

Neukomm, Messe de Requiem : 01 Requiem ; 02 Kyrie ; 03 Dies irae ; 04 Offertorium ; 05 Hostias ; 06 Sanctus ; 07  Benedictus ; 08 Agnus Dei ; 09 Requiem ; 10 Libera me ; 11 Dies Illa — 12 - Franz Schubert (1797-1828) : Offertium il B-flat D. 936

 

Jean-Marc Warszawski
16 novembre 2002
18 avril 2006
Révision 28 octobre 2016

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41
▉ À propos - contact
▉ S'abonner au Bulletin
▉ Analyses musicales
▉ Cours d'écriture en ligne
▉ Petites annonces
▉ Téléchargements
▉ Presse internationale
▉ Universités françaises
▉ Collaborations éditoriales
▉ Soutenir musicologie.org

ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2016

Samedi 29 Octobre, 2016 3:36