S'abonner au bulletin

 

Du 11 au 16 août 2014, Festival BACH en Combrailles, XVe année. La magie d'une passion renouvelée

 

14 août 2014, par Flore Estang ——

Vous aimez Bach ? Alors ne manquez pas le festival qui, pour la quinzième année consécutive,  célèbre le Cantor à Pontaumur et alentour. Aucun superlatif ne serait suffisant pour décrire l'ambiance et les spectacles de cet évènement estival. 

Le public est nombreux (plus de 5000 entrées annuelles) et fidèle (une centaine d'abonnés assistent à l'ensemble des concerts pour 200 euros seulement !). Les tarifs attractifs permettent d'accueillir le public local et des mélomanes plus lointains avec un succès grandissant. Seules les subventions, plus que vitales pour les festivals, semblent allouées avec une trop grande timidité. Et pourtant, tout le monde est d'accord pour affirmer que l'évènement, se déroulant dans une dizaine de communes, augmente tourisme et fréquentation des commerces, sans parler de l'acculturation de la jeune génération du paysage rural.

Bach en CombraillesFestival Bach en Combrailles. Ensemble Les Folies Françoises. Photographie © Accent Tonique.

Cette année, les 300 ans de la naissance de Carl Philippe Emmanuel, l'un des fils les plus célèbres du cantor, sont également célébrés musicalement, en alternance avec la musique du « vieux Bach ». Les concerts s'enchaînent et ne se ressemblent pas, excepté pour leur grande qualité musicale. Dans des lieux variés et uniques, on observe des installations originales : mise en espace pour récitant et musiciens dans une petite église à l'acoustique parfaite —  Bourg-Lastic —,  orchestre et chanteur perchés à la tribune de l'orgue autour du clavier — Pontaumur —, vaste estrade montée dans une grange, pour accueillir musiciens et danseuse — Vaury.

On peut assister à trois concerts par jour, tous de grande tenue, grâce à une organisation matérielle tirée au cordeau (présidée par Antoine Anquetil) et une direction artistique  de haut niveau (Patrick Ayrton). Le jeune président de l'association (27 ans), a su s'entourer d'une équipe dynamique et passionnée de bénévoles qui offrent à l'évènement leurs compétences : Madeleine, la trésorière, travaillait dans une banque, Bernadette, la cuisinière, l'était déjà de son actif, Antoine lui-même est gestionnaire, doté d'un sens matériel hors pair, d'une autorité naturelle et d'une passion de l'humain et de sa région… Toute l'équipe (Charles, Camille, Anne, Romain, et les autres) offre un accueil amical, convivial, gérant les déplacements des musiciens, leur hébergement et toute l'infrastructure autour des concerts qui n'existeraient pas sans eux. À l'Office du tourisme, c'est Catherine qui reçoit les festivaliers avec le sourire, et les conseille efficacement pour leur séjour. Une équipe soudée et passionnée, mue par une volonté inébranlable qui les investit pleinement durant le festival, sans compter les hôtes qui hébergent aimablement les musiciens.

Bach en Coimbrailles Gilles Cantagrel, Jean-Marc Thiallier, Rudolf Klemm. Photographie © Bach en Combrailles.

Quotidiennement, à 12 h précises, un organiste de renom, chaque jour différent, propose une demi-heure de récital à l'église de Pontaumur. Sur le même instrument, les sonorités diffèrent d'un interprète à l'autre, en fonction des registrations choisies bien sûr, mais également de la conception rythmique, métronomique ou plus souple, avec ou sans rubato. Le « toucher » même de l'interprète peut modifier la sonorité. Comme pour le clavecin, les variations de volume se font bien sûr par superposition des notes, dans des accords ou du contrepoint, mais aussi en augmentant le nombre de jeux de l'orgue, grâce aux tirettes placées de part et d'autre des deux claviers. Si vous persuadez Jean de vous montrer l'envers du décor, vous passez derrière les tuyaux pour admirer les sommiers sur lesquels reposent les centaines de tuyaux. Avec Paul, vous découvrez dans le clocher le fonctionnement des tuyaux, les maquettes de construction, et même une horloge construite par un certain monsieur Bach…

Parmi les organistes invités, Lorenzo Feder, également pianiste et claveciniste, s'est spécialisé dans le répertoire baroque et enchante l'oreille avec sa souple virtuosité, les couleurs de son jeu, son expression personnelle et musicale, qui se retrouve dans sa personnalité humble, amicale et pleine d'humour. Quant à Louis-Noël Bestion de Camboulas, il interprète avec brio la célèbre fantaisie et fugue, BWV 542, en sol mineur, et exprime énergiquement, grâce à cette musique  jubilatoire,  une maîtrise parfaite de la pulsation, ainsi que la rondeur et la chaleur des timbres choisis. Enfin, Michael Fuerst ; d'origine américaine mais spécialisé dans le répertoire baroque germanique, interprète avec calme, maîtrise, élégance et sobriété les partitions du Cantor. L'homogénéité de son jeu met en valeur l'harmonie subtile et complexe de l'Offrande musicale.

Quotidiennement, deux grands concerts jalonnent ensuite le parcours du festivalier, qui peut allier randonnée pédestre le long de la Sioule, visite des volcans d'Auvergne (on est près de Volvic) et concerts. L'après-midi et le soir, sont programmés des orchestres (l'Orchestre d'Auvergne, basé à Clermont-Ferrand tout proche), des ensembles instrumentaux (Les Folies françaises, Les Surprises), des voix (Alex Potter au timbre chaud et à la voix puissante),  et même des danseurs (Anaïs Replumaz, du CNSM de Lyon). 

Nach en CombraillesBach en Combrailles. Capriccio Barockorchester, Michael Fuerst et Alex Potter. Photographie © Photo Accent tonique.

Mais tout cela pourrait sembler anecdotique et, somme toute, habituel pour un festival estival de musique, s'il n'y avait, à la base de cet évènement sans précédent, une histoire tragique,  incroyable,  émouvante, d'amitié exceptionnelle et de passion : en 1999, Jean-Marc Thiallier, vétérinaire et excellent organiste amateur, a « une idée folle » : il crée, avec une poignée d'amis (Jean, Paul, Philippe …) un festival Bach et conçoit le projet insensé de faire construire dans l'église de Pontaumur, la copie de l'orgue de la Bachkirche d'Arnstadt, sur lequel le cantor vécut et joua dans sa jeunesse. Contre toute attente, l'orgue de l'église de Pontaumur est inauguré en 2004. Jean-Marc aurait fêté cette année son cinquantième anniversaire s'il n'avait subitement mis fin à ses jours, à la stupeur de tous, un mois après cette inauguration. L'émotion, la douleur, l'incompréhension même, mais aussi le respect, l'amour et la passion, l'ont emporté parmi les amis, leurs familles, celle de Jean-Marc lui-même, et l'équipe de musiciens et de spécialistes dont il s'était entouré pour réaliser ce projet « génial et fou » (dont tout le pays parle encore aujourd'hui en ces termes).

Par fidélité, respect et amitié pour son créateur et initiateur, pour la passion de la musique de Bach aussi, le festival a continué, s'est amplifié, grâce à une équipe multi-générationnelle qui renouvelle chaque année l'évènement et se retrouve avec bonheur pour partager ces moments très denses. De même que la musique de Bach puise ses racines profondes dans ses traditions, une musique dite parfois « terrienne » par rapport à celle de Mozart, même si la spiritualité y est toujours présente ; de même l'énergie déployée depuis quinze ans pour l'épanouissement de ce festival est enracinée dans les liens familiaux et amicaux des gens du pays, Pontaumur, 864 habitants, en Auvergne où il fait bon vivre.

Bach en CombrauillesFestival Bach en Combrailles. Ensemble Les Folies Françoises et Gilles Cantagrel. Photographie © Photo Philippe Lesage.

Gilles Cantagrel est le fidèle récitant et présentateur de tous les concerts depuis la création du festival. Il allie ses talents de conteur à une recherche musicologique dont il sait passionner le public. Celui-ci, particulièrement « éduqué » pour un public français, manifeste une écoute attentive, sans excédant d'applaudissements entre les pièces. Le célèbre musicologue analyse, explique et commente tous les concerts, avec un double don de conteur et de mémoire exceptionnelle (tout est narré par cœur). Alternant, dans son discours, évènements historiques et anecdotes étonnantes voire humoristiques, il narre avec fougue et passion les aventures de la famille Bach et de son œuvre musicale. Si vous laissez Rudolf Klemm, l'un des fondateurs du festival,  évoquer sa passion de Bach et du festival, son enthousiasme communicatif vous convainc de sa participation active et de l'envergure européenne de l'évènement, par un jumelage avec l'Allemagne, Leipzig en particulier et la Neue Bachgesellschaft (représentée en France par Élise et Philippe Lesage).

Cette saison 2014 sera clôturée par un concert exceptionnel, La Passion selon Saint-Matthieu, donnée pour la première fois dans l'église de Pontaumur, dirigée d'en bas, à l'orgue positif, par Patrick Ayrton, remarquable interprète (clavecin, piano et orgue), chef d'orchestre et directeur musical, et interprétée par orchestre, chœur et solistes, et également par le grand orgue, copie de celui d'Arnstadt. Les répétitions qui commencent promettent déjà un moment exceptionnel en perspective ! Que revive chaque année la Passion Bach en Combrailles !

Flore Estang
14 août 2014

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

rss Flux rss

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale


ISSN  2269-9910

Références / musicologie.org 2014

musicologie

Lundi 18 Août, 2014 21:50

recherche