S'abonner au bulletin

 

Des Pêcheurs de perles authentiques et idiomatiques

 

les pêcheurs de perlesPêcheurs de perles,Opéra de Massy : acte 3, julien Dran et V. Santoni.
Photographie © Chantal Droller.

18 mai 2014, Opéra de Massy, par Frédéric Norac ——

Belle clôture de saison à l'Opéra de Massy avec cette production classique mais finalement plutôt réussie des Pêcheurs de perles, importée d'Avignon où elle fût créée en 2007 avec Patrizia Ciofi. Elle est remontée ici avec un plateau vocal réunissant trois jeunes espoirs du chant français dans les rôles principaux, ce qui renforce encore l'intérêt d'une production qui se recommande également par l'usage de la partition originale de 1863, permettant d'entendre à plusieurs endroits la musique de Bizet en lieu et place de la révision plus connue de Benjamin Godard et, notamment, la fin du célèbre duo « Au fond du temple saint » dans sa version authentique.

Les pêcheurs de perlesPêcheurs de perles, Opéra de Massy : acte 1, V. Santoni et J. varnier.
Photographie © Chantal Droller.

Des trois protagonistes, le Zurga d'Alexandre Duhamel possède la voix plus ample, la plus mature, la plus sonore, solidement ancrée dans le grave et facile dans l'aigu, autoritaire et sachant s'alléger et s'assouplir quand la partition le réclame. Dans son chant stylé et sensible, passe le souvenir des grands barytons d'école française comme Robert Massard, Gabriel Bacquier ou Alain Fondary et son grand air de l'acte III « L'orage s'est calmé » comme le duo qui suit le montre à son meilleur. Vannina Santoni en Leila fait entendre un splendide soprano lyrique, charpenté, coloré, vibrant de féminité, aussi à l'aise dans les ornements de « O dieu Brahma » que dans les éclats passionnés de ses duos. Très touchante notamment dans sa fameuse cavatine de l'acte II « Me voilà seule dans la nuit », un rien de tension sur quelques aigus ça et là laisse à penser que cette voix peut encore s'épanouir un peu plus. Le timbre de Julien Dran, par comparaison, parait un peu étroit et moins séduisant mais la voix est homogène, avec un beau médium, un aigu sans difficulté et la conduite vocale est toujours sans reproche. Le Nourabad de grande noblesse de Jérôme Varnier complète ce plateau entièrement francophone dont l'autre protagoniste est l'excellent chœur de Geoffroy Jourdain, Les Cris de Paris, d'une parfaite homogénéité, tandis que dans la fosse, l'orchestre de l'Opéra de Massy se montre superlatif sous la direction très engagée de Dominique Rouits.

Les pêcheurs de perlesPêcheurs de perles,Opéra de Massy : acte 3, V. santoni et A. Duhamel.
Photographie © Erick Boudin.

Visuellement, la production sacrifie à l'exotisme traditionnel mais dans un registre assez dépouillé. Si elle paraît un peu artificielle au premier acte, elle gagne en efficacité et en crédibilité dans les suivants où les couleurs délicates des décors et des costumes et les beaux effets de transparence des gazes subtilement teintées, évoquent habilement les miniatures indiennes et servent bien la poésie de la musique de Bizet. Ce que la proposition pourrait avoir de kitsch est finalement gommé par les éclairages très réussis de Jacques Benyeta. Si au premier acte les chorégraphies pseudo-indiennes de Julien Lestel qui tentent d'animer des ensembles choraux terriblement statiques, peuvent paraître un rien envahissantes et forcées, la présence de la danseuse soliste Mallika Thalak, à l'arrière-plan  des scènes intimes du deuxième acte, est d'un très bel effet et apporte une touche d'authenticité bienvenue à l'ensemble. La direction d'acteurs, en revanche, reste plutôt sommaire, voire parfois un rien ridicule, avec cette gestique mécanique inspirée du kathakali, imposée aux chœurs comme aux solistes dans le duo des hommes au premier acte ou dans celui de Leila et Nadir au II. Il n'empêche, grâce à l'engagement de ce jeune plateau parfaitement idiomatique, à la force de conviction du chef et à l'excellence du chœur, l'ensemble prend et s'impose au final avec beaucoup d'évidence.

Les Pêcheurs de perlesPêcheurs de perles,Opéra de Massy : acte 1, V. Santoni. Photographie © Erick Boudin.

 

plume Frédéric Norac
Massy, 18 mai 2014

 

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

rss Flux rss

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale


ISSN  2269-9910

Références / musicologie.org 2013

musicologie

Samedi 24 Mai, 2014 1:57

musicologie.orgmusiocologie

rectangle

rectangle

rectangle