S'abonner au bulletin

 

« Grandeur et finesse » : Chopin, Liszt, and the Parisian Musical Scene

 

Sala Luca (éditeur),  « Grandeur et finesse » : Chopin, Liszt, and the Parisian Musical Scene. « Speculum Musicæ » (XX), Brepols, Turnhout 2013 [362 p. ; ISBN 978-2-503-54884-5 ; 100 €].

Par Jean-Marc Warszawski ——

Ce livre rassemble dix-sept articles sur les trente et une communications qui ont été exposées lors d'un colloque tenu à Luca en Italie, les 2, 3 et 4 décembre 2010. Six de ces articles sont en français, un est en italien, et les dix autres sont en anglais.

La volonté de l'éditeur est d'étudier les œuvres de Chopin et de Liszt qui sont pour lui les compositeurs-pianistes les plus représentatifs du xixe siècle, de manière historique, analytique et esthétique, dans leurs relations avec la vie parisienne.

Les articles sont regroupés en quatre grands chapitres : 1. Contexte et environnement, 2. Forme, sources en processus, 3. Texte et pensée musicale : « à la recherche d'une esthétique à narrer », 4. héritage et patrimoine musical.

Les différents articles répondent et documentent le projet : les rapports de Chopin et de Liszt aux violonistes de leur temps, les différences entre les deux pianistes vues et entendues par les contemporains et la presse, les rapports avec Alkan, la confrontation avec Henri Herz, la pastorale chez Liszt, le xviiie siècle chez Chopin, les réflexions sur la fonction sociale de la musique, voire des idées sociales en général de Liszt (ami du prêtre républicain socialiste Robert de Lamanais), Chopin et l'immigration polonaise à paris, l'influence esthétique des uns sur les autres... Il y a matière.

Et justement, nous ressentons quelque frustration, soit parce que pratiquement tous ces articles intéressants par eux-mêmes restent dans leur cadre documentaire sans oser prendre le large problématique à pleines voiles, soit il manque un ou deux articles transversaux donnant corps problématique, et unifiant de sens les différentes communications.

Nous pensons à l'engagement social de Liszt proche de ceux de Lamenais et de George Sand, à son idée de grandeur sociale de l'art « cette noble couronne du génie plébéien » (Liszt, «  Gazette musicale de Paris », 30 août 1835, p. 285), ce qui opposait d'ailleurs Chopin et George Sand.

Paut-être aurait-ce été l'occasion de mieux cerner l'activité de la très importante immigration polonaise dans la vie parisienne, et de modérer quelque peu l'image d'un Chopin comme opposant politique exilé qu'il n'était pas.

Pour les deux compositeurs, on aurait pu aborder la question des musiques populaires, de la manière dont ils l'ont traitée, et en quoi cela est fondateur de ce qu'on ne devrait pas nommer « romantisme ». Il est judicieux de parler de l'héritage du xviiie siècle pour Chopin, admirateur de Bach et des classiques. Mais le xviiie siècle est aussi pour lui polonais. Il a importé et transcendé à Paris un style de musique qui se jouait dans les salons polonais... jusqu'à Saint-Pétersbourg. Il est singulier qu'on puisse parler du style de Chopin sans évoquer John Field, Maria Szymanowska ou le prince Michał Kleofas Ogiński. Liszt quant à lui, aime la plèbe, pense que les études musicales doivent commencer par le chant populaire pour s'élever à la symphonie (une logique chronologique pour lui). Liszt reprend à son compte : La régénération de l'art, c'est la régénération sociale (« Gazette musicale de Paris », 26 juillet 2014, p. 246).

La narration en musique, autre caractère fondamental de la musique du xixe siècle aurait pu aussi recevoir des développements plus approfondis en tant que sujet en soi, tout comme la vie musicale parisienne, seulement évoquée de front par Anne Penesco pour ce qui concerne les violonistes. Il y manque l'intense cosmopolitisme de Paris et de son Conservatoire célébré, la transformation du métier de musicien qui se sépare en interprète et compositeur après l'effondrement de l'Ancien régime, et dans lequel s'intègrent les effets d'estrade et la virtuosité gratuite dont il est question dans plusieurs articles (Cécile Reynaud et Laure Schnapper), ce qui opposa un temps Liszt et Chopin (cela est fort bien montré), et qui valut à Henri Herz des volées de bois vert.

Des articles intéressants et pertinents, mais il manque un corps de problématisation pour en faire un vrai livre cohérent, et non une simple juxtaposition de textes, certes relativement ciblés quant au sujet, mais sans liens quant à la pensée critique.

Jean-Marc Warszawski
11 novembre 2014

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

rss Flux rss

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale

musicologie
ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2013

musicologie

Mardi 11 Novembre, 2014 1:10

musicologie

Soutenir musicologie.org

recherche

 

rectangle

rectangle

rectangle