André Persiani : Ballets de crabes ou les mémoires d'un musicien de jazz français

 

Le ballet de crabe

Persiani André, Ballets de crabes : mémoires d'un musicien de jazz français. « L'écarlate », L'Harmattan, Paris 2014 [316 p., ISBN 978-2-336-30546-2 ; 26,00 €].

11 mars 2014, par Alain Lambert ——

« Con (sic) se le dise... de quel droit interdirait-on à un musicien de s'adonner au calembour, puisque même Orphée ose en faire ? » (p. 231)

Voilà une citation qui résume la substance des mémoires du pianiste André « Pépé » Persiani (1927 2004), entre l'Almanach Vermot, l'Os à moelle de Pierre Dac, et la méthode à Béru, sur une grande partie du XXe siècle, le siècle des « ballets de crabes » et autres entourloupes qui donnent leur nom au livre.

Pas seulement musicales, mais aussi historiques, politiques, culturelles avec de grandes analyses de l'époque du « marécage Pétrin » sur laquelle fusent les contrepétrins et autres jeux de mots. Sa jeunesse l'a bien sûr beaucoup marqué, à commencer par la disparition de Deborah, sa petite amie jazzophile, dans les convois de la mort. L'humour comme antidote et résistance. Il raconte ainsi comment à ses débuts de pianiste de bar, il a joué pendant trois heures différentes variantes de l'Internationale devant un public bourgeois trop occupé à ne pas l'écouter pour la reconnaître...

Couac (sic) il en soit, on retrouve le jazz du temps des Zazous et de la Llibération, et surtout la guerre du be-bop, entre 1945 et 1955, où l'on croise aux « Trois Mailletz » Guy Lafitte, Sydnet Bechet, Mezz Mezzrow Big Bill Broonzy, Marcel Zanini, Bernard Pfeifer, Geo Daly, Roger Guérin, Hubert Fol, Michel de Villers.., et trop peu Boris Vian, son mentor.

Puis ce sont les tournées au pays du swing entre 1956 et la fin des années soixante, avec Zoot Sims, Zutty Singleton, Charlie Shavers, Bud Freeman, Bud Clayton, Jonah Jones surtout, et tant d'autres croisés dans les clubs nouille-yorquets.

Bref, cinq chapitres pour la mémoire historique et quatre autres pour la mémoire du musicien de jazz, qui a construit son style propre, et très demandé, après avoir entendu Milt Bruckner et son jeu en accords.

Malgré une ou deux anecdotes anticipatives, jusqu'en 1988 et le dernier concert avec Jonah Jones pour une tournée européenne, le livre se clôt sur le début des années soixante pendant la révolution beatnik.

A lire avec curiosité, en s'armant d'un peu de patience face à la plume vagabonde et fantaisiste de l'auteur.

plume Alain Lambert
10 février 2014

À propos      S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales 


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

musicologie

Mardi 11 Mars, 2014 17:23

musicologie.org

Les derniers articles
d'Alain Lambert