bandeau texte

S'abonner au bulletin

 

 

Victorien Vanoosten : un chef d'orchestre entre passion et humanisme

 

Victorien Vanoosten. Photographie © D.R.

Marseille, 3 octobre 2015, entretien réalisé par Jean-Luc Vannier ——

Il lit en ce moment Ma vie de C.G. Jung. Il nous raconte, ouvert, heureux de nous faire partager sa passion, son « intérêt pour la mythologie, la philosophie…et la psychanalyse ». Bien placé lors du dernier concours international des jeunes chefs d'orchestre de Besançon, Victorien Vanoosten dont le corps dégingandé aux allures aristocratiques et la chevelure proustienne n'empêchent pas une poignée de main ferme et décidée, vient d'achever avec brio, ce samedi 3 octobre, la direction musicale du Portrait de Manon : « je me sens épanoui, en pleine connivence avec le plateau ». « Un moment de grâce », ajoute-t-il, et ce, « malgré des répétitions peu nombreuses mais intenses ». Ses pensées vont vers le maestro Alexander Joel qui fait ses débuts marseillais avec Manon : « un lien très fort » avec ce « chef accessible » et « pétri de "gentillesse" ». La reconnaissance de l'élève au maître : « j'ai été sensible au fait que, nonobstant ses allers et retours entre Stockholm et Berlin, il soit venu m'entendre ce soir ».

Nous l'interrogeons sur sa conception de la direction musicale : « être chef d'orchestre ? C'est être un passeur ». « C'est montrer le chemin vers lequel on peut aller tous ensemble ». « Pour ma première saison à Marseille », précise-t-il en adressant sa gratitude à Maurice Xiberras, le Directeur général de l'opéra et à Lawrence Foster, son directeur musical, « je peux dire que je connais déjà l'orchestre et l'acoustique ». Pour ce Portrait de Manon dont nous avons souligné combien il nous est apparu consciencieusement et intérieurement élaboré, Victorien Vanoosten précise : « je suis allé fouiller dans l'esthétique ». « Lorsque j'ai vu la date de création de l'ouvrage, 1894, ça a fait « tilt » : la même année que le Prélude à l'après-midi d'un faune, une œuvre essentielle dans ma vie ». « Thaïs et le Prélude appartiennent à deux esthétiques opposées. J'ai souhaité montrer cette naïveté avec les danseurs tout en me posant une question : peut-on évoquer cet amour naïf des enfants et en même temps très intense ? Comment restituer et être dans cet imaginaire infantile ? ». Des danseurs dont la chorégraphie de Julien Lestel insiste néanmoins sur la primitivité et l'animalité des sens. Victorien Vanoosten acquiesce.

Nous parlons de sa direction : « Oui je suis quelqu'un qui laisse l'orchestre jouer ». « Quand on est chef d'orchestre, on ne vous dit jamais rien ! » Et de citer Ozawa qui « malgré toute son expérience, n'hésite pas à solliciter ses musiciens sur sa direction ». « Je suis de ceux qui ont toujours parlé aux musiciens. Certains parfois m'ont dit : tu pouvais plus t'engager ». Certes, précise ce titulaire de dix premiers prix de conservatoire, « au milieu des phrasés, lors de certains passages, je m'efforce de diriger l'orchestre vers les chanteurs ».  « Et quand je veux un tempo, je l'obtiens ». « Je travaille beaucoup avec les enregistrements des répétitions . Ma formation à Helsinki m'a appris à pouvoir travailler au pied levé ».

Son répertoire et ses désirs : « deux mondes opposés : Wagner et Strauss d'une part, Puccini et le vérisme d'autre part ». Il raconte sa découverte du maître de Leipzig lorsqu'il était assistant à l'Opéra de Paris pour Siegfried et l'anneau maudit présenté à l'amphithéâtre de l'opéra Bastille en 2013, puis dans une tournée à Nancy et Besançon où il a « dirigé plusieurs représentations ». C'est surtout à l'été 2015 qu'il a eu « la chance de recevoir une invitation pour le Festival de Bayreuth » et a pu visiter « l'impressionnante fosse : un orchestre d'une puissance absolue qui ne couvre jamais les voix ».  « Inoubliable » laisse-t-il échapper pour lui-même à l'image d'une rêverie diurne. Victorien Vanoosten est assurément un cherchant passionné dont il sublime l'enthousiasme au travers d'exécutions intimistes doublées, en bon épistémologue de la musique, d'exigences intellectuelles: en témoigne sa transcription pour piano du « Liebestod » de Tristan et Isolde, à écouter en conclusion de cet entretien.

 

 

Marseille, 3 octobre 2015
Jean-Luc Vannier

Lire : Deux « Manon » pour une ouverture originale de la saison lyrique à l'opéra de Marseille

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

rss Flux rss

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale


ISSN 2269-9910

© musicologie.org 2015

musicologie.org 01/2014

Lundi 5 Octobre, 2015 19:44

bandeau

musicologie

rectangle_actu

rectangle

rectangle