bandeau texte musicologie

Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda rss
Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir

Aleatorio, de la séduction à l'ennui dans le couple, par Jean-Christophe Maillot et les Ballets de Monte-Carlo

Aleatorio. Photographie © Alice Blangero.

Monaco,18 décembre 2016, Jean-Luc Vannier ——

L'homme, la femme, la magie de la séduction dans la rencontre sexuelle puis la routine, désolante et chaotique à la fois, dans la vie de couple. Ainsi pourrions-nous, succinctement, résumer les trois actes de la dernière création chorégraphique — toujours un événement en Principauté — de Jean-Christophe Maillot. Un travail élégamment interprété samedi 17 décembre Salle Garnier de l'opéra par La Compagnie des Ballets de Monte-Carlo. Un fil rouge déjà exploité par le directeur des ballets monégasques en octobre 2015 avec Presque Rien et ce, avec les mêmes magnifiques danseurs Maude Sabourin et Christian Tworzyanski.

Dans cette proposition, la nouveauté réside néanmoins dans la période qui précède la vie routinière du couple : la magie séductrice de la rencontre sexuelle. Sur un rythme soutenu, quinze danseurs masculins évoluent dans une superbe harmonie d'ensemble : gestuelles vives, proches de la performance sportive et pourtant, dans un contraste qui ne laisse de surprendre, une incroyable impression de douceur, de légèreté toute aérienne sans doute sous l'influence musicale apaisante de Jean-Sébastien Bach. Sur une vidéo apparaissent une jambe anonyme — l'anonymat est au cœur des vœux de l'exhibitionniste — et sa très phallique pointe de danse : séduction, sidération du masculin — plus sans doute pour le surgissement de l'identique chez l'autre sexe — et qui n'est pas là aussi sans nous rappeler le fétichisme du pied — substitut fantasmé du pénis maternel — élaboré par Jean-Christophe Maillot dans une incomparable version de Cendrillon en juillet 2015. Sauf qu'il s'agit cette fois-ci du voir, de la pulsion voyeuriste, toujours primaire : obnubilé par l'image de ce pied, l'œil des danseurs concentre et accapare à son profit toute la tension libidinale.

Aleatorio. Photographie © Alice Blangero.

Entrent alors sur scène quatorze femmes : quasi-parité aux Ballets de Monte-Carlo ! Plutôt la « Femme » avec une scène copiant le climax du film de Paul Verhoeven sorti en 2016 et adapté du roman Oh... de Philippe Djian : l'héroïne incarnée par Isabelle Huppert y exulte dans un « plus-de-jouir » au grand étonnement de son violeur. Le second tableau est donc essentiellement féminin : grâce subtile sans toutefois rien ôter à l'intense fascination attractive et au symbolisme de l'ouverture accueillante des bras et des jambes. Magnifique. La troisième partie — le couple qui s'aime et se déchire — nous aura moins séduit et ce, nonobstant les charmes illustrant la découverte progressive, hésitante de l'autre dans la rencontre : entre la présence du tabouret autour duquel s'articule le pas de deux, la fleur cueillie à même le sol, l'irruption des autres femmes provoquant l'adultère, beaucoup de « déjà-vu ». Maude Sabourin et Christian Tworzyanski nous offrent certes le meilleur d'eux-mêmes mais dans une écriture pas suffisamment renouvelée. À moins que Jean-Christophe Maillot n'ait délibérément voulu nous imposer cette représentation dans une projection scénographique de son propre ressenti ?

Maude Sabourin et Christian Tworzyanski. Photographie © Alice Blangero.

Interprètes: Edoardo Boriani, Stephan Bourgond, Daniele Delvecchio, Leart Duraku, Asier Edeso, Michaël Grünecker, Koen Havenith, Isaac Lee-Baker, Fransceso Mariottini, George Oliveira, Alvaro Prieto, Lennart Radtke, Benjamin Stone, Simone Tribuna, Le Wang et  Anjara Ballesteros, Taisha Barton-Rowledge, Anna Blackwell, Anissa Bruley, Candela Ebbesen, Mimoza Koike, Elena Marzano, Marketa Pospisilova, Gaëlle Riou, Katrin Schrader, Anne-Laure Seillan, Kaori Tajima, Alessandra Tognoloni, Beatrice Uhalte.

Monaco, 18 décembre 2016
Jean-Luc Vannier

 

Jean-Luc Vannier, jlv@musicologie.org, ses derniers articles : Sophie Koch et Michel Plasson magnifient un Esprit français à l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo —— OCD LOVE, somptueuses musculatures élégiaques de Sharon Eyal & Gai Behar au Monaco Dance ForumAnnick Massis, sublissime Maria Stuarda à l'opéra de Monte-CarloExtremalism, corps énigmatiques d'Emio Greco et de Pieter C. Scholten au Monaco Danse Forum — Petrouchka et L'Enfant et les Sortilèges, la « Féérie » avant Noël de Kazuki Yamada et de l'orchestre philharmonique de Monte-CarloToutes les choniques de Jean-Luc Vannier

 

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
06 06 61 73 41

ISSN  2269-9910

▉ Contacts
▉ À propos
<
▉ S'abonner au bulletin
▉ Collaborations éditoriales
▉ Cours de musique
▉ Téléchargements
▉ Soutenir musicologie.org
▉ Colloques & conférences
▉ Universités en France
▉ Analyses musicales

▉ Articles et documents
▉ Bibliothèque
▉ Presse internationale
▉ Agenda
▉ Analyses musicales

Recherche dans musicologie.org

 

© musicologie.org 2016

bouquetin

Lundi 19 Décembre, 2016 2:08