bandeau textes

S'abonner au bulletin

 

Symphonie héroïque en quatuor avec piano au festival Musique à l’Empéri

 

Éric Le Sage, Emmanuel Pahud, Aurélien Pascal. Photographie © Philippe Rieux.

Empéri, 1er août 2015, par Strapontin au Paradis ——

Samedi 1er août, nous vivons un autre moment exceptionnel dans la cour du château d’Empéri. Le mistral qui souffle habituellement fort – il cause quelques soucis aux partitions malgré les pinces à linge et les fils lestés de poids pour en maintenir les pages — était presque en repos, offrant aux auditeurs une meilleure condition d’écoute.

La première partie du concert est consacrée au trio pour flûte, violoncelle et piano de Bohuslav Martinů et le quintette pour clarinette et cordes en si mineur opus 115 de Brahms. Emmanuel Pahud, Aurélien Pascal et Éric Le Sage insufflent à l’œuvre du compositeur tchèque, méconnue du grand public, une grande élégance dans le 2e mouvement, et un caractère espiègle pour la partie Allegretto scherzando du troisième mouvement.

Ensuite, le clarinettiste Paul Meyer et le quatuor Cavatine livrent un Brahms inspiré et harmonieux ; si une certaine gravité empreinte de nostalgie prime dans le mouvement initial, la passion l’emporte dans le finale, après deux mouvements médians, dont l’interprétation est comparée à un profond voyage intérieur.

Paul Meyer et le quatuor Cavatine. Photographie © Philippe Rieux.

Après l’entracte, on écoute religieusement la Symphonie héroïque, dans une transcription pour quatuor avec piano réalisée par Ferdinand Ries (1784-1838), ami et élève de Beethoven, lui-même élève au violon du père de Ferdinand, Franz Anton (1755-1846).

L’écriture, parfaitement fidèle à la partition orchestrale, accorde une place importante au piano et assure un bon équilibre entre les trois instruments à cordes. Bien entendu, un quatuor ne peut reproduire les couleurs orchestrales et les variations qu’il est possible de réaliser avec les cuivres, les bois, les percussions et les cordes, mais Alexander Sitkovetsky (violon), Marie Chilemme (alto), Aurélien Pascal (violoncelle) et Franck Braley (piano) tirent le meilleur parti de cette petite formation en y déployant une énergie débordante. 50 minutes de musique intense, éprouvante pour chacun des quatre musiciens, compte tenu de la densité d’écriture exigée par la transcription, mais un pur bonheur pour les auditeurs de l’Empéri, amoureux de la musique de chambre.

Alexander Sitkovetsky, Franck Braley, Marie Chilemme, Aurélien Pascal. Photographie © Philippe Rieux.

Strapontin au Paradis
1er août 2015

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

rss Flux rss

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale

musicologie
ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2015

musicologie

Mardi 11 Août, 2015 10:50

bandeau

musicologie

Soutenir musicologie.org

recherche

 

rectangle_actu

rectangle

rectangle