bandeau texte

flux rss  lundi 11 avril 2016

Recherche dans musicologie.org

  ▉ Nouveaux livres
  ▉ Nouveaux cédés
  ▉ Petites annonces/

▉ Biographies musicales
▉ Encyclopédie musicale
▉ Analyses musicales
▉ Articles et documents
▉ Bibliothèque
▉ Presse internationale
▉ Agenda
▉ Analyses musicales
L M M J V S D
01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30

La viole de gambe de Saxe et de Palatinat du Nord en cédé universel

 

Le voyage d'Allemagne, Emmanuelle Guigues (viole de gambe), œuvres de Schenck, Telemann, Bach. Encelade 2015 (ECL 1404)

Enregistré du 9 au 12 septembre à l'église de Vicq (Dordogne).

Par Jean-Marc Warszawski ——

La notion de cosmopolitisme et les mots qui vont avec est en évaporation. Pendant un temps « cosmopolite », mélange des origines territoriales, qui passe les frontières, qui se fixe ici ou là, a été remplacé par « européen » pour les musiciens travaillant au gré des engagements des cours, on parle aussi race et biologie avec métissage (pourquoi pas bâtardise ? ), épouvante avec « choc des civilisations ». En ce moment, c'est le voyage qui vient en mode. Ce cédé nous invite à un voyage en Allemagne, à une époque où d'ailleurs l'Allemagne n'existait pas encore, pour une musique cosmopolite, car pour bien des raisons qui tiennent avant tout aux pérégrinations des princes dont les possessions dictaient la géopolitique, aux modes, à l'imitation des grandes cours, la musique savante est cosmopolite.

Dans la notice qu'elle a elle-même rédigée, les cordonniers sont certes les plus mal chaussés, mais on peut être très bien servi par soi-même, la gambiste Emmanuelle Guigues signale une chose peu connue et peu exploitée dans les représentations historiques de la musique : l'immigration des violistes anglais vers les cours continentales, enrichissant de leur style réputé le cosmopolitisme musical et les influences.

Le voyage ici est un grand chant de viole de gambe soliste comprenant les sonates V et VI (on pourrait dire suites) de Johannes Schenk, deux de six sonates publiées sous le titre d'Écho du Danube (opus 9) en 1704, une sonate de Georg Philipp Teleman, et une adaptation à la viole de la suite BWV 1011 de Johann Sebastian Bach. Tout cela compris dans les 20 premières années du xviiie siècle.

Johannes Schenck est hollandais. Il est né à Amsterdam en 1660, et acquiert une très grande renommée de violiste qui le mènera, âgé de 36 ans, à la cour du prince électeur palatin Johann Wilhelm II à Düsseldorf, monarque qui taquinait volontiers l'instrument. Les suites majestueuses de Schenck, intitulées sonates, sont sans surprise sous influence italienne, et appartiennent au fleuron du genre comme les œuvres de son contemporain Marain-Marais.

Georg Philipp Telemann naît en 1681, vingt ans après Schenck, il est un musicien du Nord, de la Prusse et des villes Hanséatiques. C'est aussi un voyageur cosmopolite qui œuvre à Leipzig, à Berlin, à Eisenach, ville natale de Johann Sebastian Bach, à Bayreuth, en Pologne, à Paris. Il tend à délaisser le contrepoint, se lie compère avec Bach qui lui entend bien ne rien lâcher de l'art qu'il porte aux sommets, Telemann est le parrain d'un des fils Bach. Il laisse un catalogue vertigineux d'œuvres dans tous les genres, mais une seule sonate pour viole de gambe.

Johann Sebastian Bach, le Saxon de Thuringe vissé à Leipzig a peu consacré à la viole de gambe, dans une quantité inimaginable de compositions. On la trouve en ensemble dans les trios (avec clavier et violoncelle, BWV 1027 à 1029) ou dans le Concerto brandebourgeois, en si♭majeur BWV 1051. Emmanuelle Guigues a décidé de mettre sur sa viole de gambe la 5e des suites pour violoncelle seul, la BWV 1011, en la transposant d'un ton. Si la 6e suite est composée pour un violoncelle à 5 cordes, celle-ci l'est pour un accordage particulier de l'instrument : do, sol, ré, sol au lieu de do, sol, ré, la. La suite est plutôt d'inspiration française.

Les amateurs de viole de gambe vont se régaler avec des envies de tous les matins du monde. On peut espérer que ce cédé fasse des émules parmi les autres.

Emmanuelle Guigues a étudié la Viole de gambe au Conservatoire national de région de Lyon, à la Schola Cantorum de Bâle auprès de Jordi Savall et Paolo Pandolfo, puis se perfectionne sous la direction de Christophe Coin au Conservatoire national supérieur de Paris. Depuis elle trimballe son bel instrument Edward Lewis de Londres 1660-1669 partout où elle le peut, dans une multitude d'ensembles, y compris de musique contemporaine, au théâtre ou dans la solitude de la soliste de fond.

Georg Philipp Telemann, Sonate en majeur pour viola di gamba senza cembalo, TWV 3e mouvement, Recitatif, arioso andante, plage 10.

 

11 avril 2016
Jean-Marc Warszawski

Johann Schenck (1660 - 1712)
L'Echo du Danube, Sonata VI
1. Adagio - Allegro - Adagio
2. Presto
30. Adagio - Aria Largo
4. Vivace - Largo
5. Allegro - Largo - Largo
6. Aria Adagio
7. Giga

Georg Philipp Telemann (1681 - 1767)
Sonate en ré majeur pour viola di gamba senza cembalo, TWV 40:1
8. Andante
9. Vivace
10. Récitatif - Arioso Andanteµ
11. Vivace

Johann Schenck
L'Echo du Danube, Sonata V
12. Adagio
13. Aria Largo
14. Gavotta Presto
15. Adagio
16. Giga Vivace
17. Aria

Johann-Sebastian Bach (1685 - 1750)
Suite V pour violoncelle BWV 1011
18. Allemande
19. Courante
20. Sarabande
21. Gavottes 1et 2
22. Gigue

 

 

 

rectangle_actu rectanglerectangle rectangle
musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
06 06 61 73 41

ISSN  2269-9910

▉ Contacts

▉ À propos

▉ S'abonner au bulletin

▉ Collaborations éditoriales

▉ Cours de musique

▉ Téléchargements

▉ Soutenir musicologie.org

▉ Colloques & conférences

▉ Universités en France

 

© musicologie.org 2016

bouquetin

Mardi 12 Avril, 2016 1:06