bandeau texte

musicologie

Actualités  Biographies Encyclopédie  Textes  Livres  Cédés  Annonces  Recherche

Erik Satie a 150 ans ! Une promenade « satierike » en pays d'Auge

Ballades en Pays d'Auge Photographie © Patricia Segretinat.

Festival « Balades musicales en Pays d'Auge », Pont-l'Évêque, 24 juillet 2016, par Alain Lambert ——

Ce dimanche, Erik Satie, né un 17 mai à Honfleur, aurait eu 150 ans, 4 mois et 7 jours, nous précise le maître de cérémonie, et de malice, Emmanuel Pleintel, lecteur et pianiste.

La balade musicale débute dans l'église aux herbages de Pont-l'évêque, par un programme autour du Satie sacré. Son Kyrie de la Messe des pauvres, chanté par Anne-Aurore Cochet et Emmanuel Pleintel, ne manque pas de puissance. Il est précédé d'une fugue de Bach et d'un Récit de flûte de Jean-Jacques Beauvarlet-Charpentier, superbe avec sa légèreté de limonaire, et clôt par un Offertoire de la Messe des couvents de Couperin. Avec Hector Cornilleau à l'orgue dont le jeu se mêle aux lumières d'après-midi à travers les vitraux abstraits de François Chapuis.

Puis nous allons en cortège dans le cinéma théâtre, en face, pour un programme cabaret autour de ce sacré Erik qui n'en loupe pas une, comme nous le prouve le comédien lecteur avec un choix de textes toujours plein d'humour loufoque et caustique. Le fondateur du Soviet d'Arcueil était aussi un dadaïste militant.

Balades en Pays D'AugePhotographie © Patricia Segretinat.

« Tout le monde vous dira que je ne suis pas un musicien. C'est juste. Dès le début de ma carrière, je me suis, de suite, classé parmi les phonométrographes. Mes travaux sont de la pure phonométrique. Que l'on prenne le Fils des étoiles ou les Morceaux en forme de poire, En habit de cheval » ou les Sarabandes, on perçoit qu'aucune idée musicale n'a présidé à la création de ces œuvres. C'est la pensée scientifique qui domine.

Du reste, j'ai plus de plaisir à mesurer un son que je n'en ai à l'entendre. Le phonomètre à la main, je travaille joyeusement et sûrement.

Que n'ai-je pesé ou mesuré ? Tout de Beethoven, tout de Verdi, etc. C'est très curieux...

Pour écrire mes Pièces froides, je me suis servi d'un caléidophone-enregistreur. Cela prit sept minutes. J'appelai mon domestique pour les lui faire entendre.

Je crois pouvoir dire que la phonologie est supérieure à la musique. C'est plus varié. Le rendement pécuniaire est plus grand. Je lui dois ma fortune... L'avenir est donc à la philophonie. »

Les textes chantés joliment par Anne-Aurore Cochet n'en manquent pas non plus: Chez le docteur, Élégie, La statue de bronze, Daphénéo, Le chapelier, La diva de l'Empire...

En alternance, Sorcellerie culinaire, Une chute de cinq étages, Voyage dans la lune, trois films de Méliès, que Satie appréciait, avec improvisation de piano à l'ancienne. Ils nous projettent un peu plus dans ce début XXe qui fut celui du maître d'Honfleur et d'Arcueil, et du questionnement  commençant à ébranler le monde des arts : « J'ai toujours dit, et je répéterai longtemps après ma mort qu'il n'y a pas de vérité en Art. »

Balades en Pays d'AugePhotographie © Patricia Segretinat.

Le spectacle se termine dans un jardin proche, par un « buffet blanc », avec meringues, gâteaux nappés de sucre glace, chocolat blanc, anisette, lait, punch coco... puisque Satie affirmait ne manger « que des aliments blancs ». Au piano jazz sur roulettes Thierry Montier.

À noter que Emmanuel Pleintel est l'auteur d'un petit « roman gymnopédique » illustré sorti en 2013 aux Éditions du Chameau de Dozulé : Le disparu des maisons Satie.

Et que le jeune dessinateur Bastien Loukia vient de réaliser en bd Cinq nouvelles en forme de poire aux Editions BVR [chronique à venir bientôt].

Autres promenades à venir (dans le cadre des « Balades en pays d'Auge ») : au château de Mezidon-Canon le 27 juillet, avec Anna Reinhold, mezzo-soprano et Thomas Dunford, archiluth. Puis à Saint Pierre-sur-Dives le 30 juillet avec les Fils Canouche, du jazz manouche. Puis le 31 juillet à Bernay, Les Frivolités Parisiennes, un banquet pour Mme Bovary. Et un concert-surprise à Fervaques le 4 août. Toutes les infos sur le site.

Alain Lambert
24 juillet 2016

 

Alain Lambert : alain@musicologie.org - Ses derniers articles : Petite carte postale de Belgique le jour de la fête nationale Bruxelles le 21 juillet 2016, par Patricia SegretinatNach et Alex Beaupain dans la nuit d'opale : un double concert, solaire et lunaire !Now Freeture, « L'épingle du Je », chez Petit LabelPatrick Molard 5tet « Ceòl Mòr/light & shade » : lumières et ombres écossaises ! — Danses et musiques au Festival Jacquard, sous une pluie de bullesUn Poco Loco au Portobello : Les revisiteurs du soir !— ... Plus sur Alain Lambert, tous ses articles.

 

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
06 06 61 73 41

ISSN  2269-9910

▉ Contacts
▉ À propos
<
▉ S'abonner au bulletin
▉ Collaborations éditoriales
▉ Cours de musique
▉ Téléchargements
▉ Soutenir musicologie.org
▉ Colloques & conférences
▉ Universités en France
▉ Analyses musicales

▉ Articles et documents
▉ Bibliothèque
▉ Presse internationale
▉ Agenda
▉ Analyses musicales

Recherche dans musicologie.org

 

© musicologie.org 2016

bouquetin

Vendredi 29 Juillet, 2016 17:15