bandeau texte

musicologie

Actualités  Biographies Encyclopédie  Textes  Livres  Cédés  Annonces  Recherche

E.S.T. Symphony : entre sérénité et turbulence orchestrale

E.S.T. Symphony. Royal Stockholm Philharmonic Orchestra, Hans Ek (direction), Marius Neset (saxophone), Verneri Pohjola (trompette), Johan Lindström (pedal steel), Iiro Rantala (piano), Dan Berglund (basse), Magnus Öström (batterie). ACT 2016 (ACT 9034-2)

25 octobre 2016, par Alain Lambert ——

Après la sortie en début d'année du concert d'hommage à E.S.T.  « Jazz at Berlin Philharmonic V» [voir notre chronique], la maison de disque ACT propose un nouvel hommage au trio mythique suédois dont le pianiste Esbjörn Svensson, disparu accidentellement en 2008, avait commencé à arranger l'un de ses thèmes pour orchestre de chambre, dès 2003.

On y retrouve le pianiste finlandais Iiro Rantala, déjà présent sur le « Jazz at Berlin Philharmonic V», accompagné des deux anciens d'E.S.T.  Dan Berglund à la contrebasse et Magnus Oström à la batterie, avec aussi Marius Neset au sax, Verneri Pohjola à la trompette et Johan  Lindström à la pedal steel guitare, actuel complice du contrebassiste dans Tonbruket [voir notre chronique]. Hans Ek a arrangé tous les titres, sauf Dodge the Dodo déjà encordé, et dirige le Royal Stockholm Philharmonic Orchestra.

À la première écoute, on est un peu surpris, puis les thèmes d'E.S.T. nous reviennent, avec d'autres couleurs et d'autres parements, mais toujours avec cette turbulence souvent issue des effets électrifiés de la contrebasse de Dan Berglund, que l'orchestre très cuivré amplifie, comme dans le e.s.t.Prélude introductif, qui n'est pas sans rappeler l'intro d'Atom Hearth Mother de Pink Floyd.

Une fois le calme revenu, Iiro Rantala s'approprie le clavier au milieu des cordes pour From Gagarin's Point of View et When God Created the Coffeebreack. Ce dont il a l'habitude puisqu'il est lui même l'auteur d'un concerto pour piano.

Dans Seven Days of Falling, c'est le sax qui s'impose, puis la trompette dans la superbe Wonderland Suite, avant de céder la place au piano, puis à la guitare, avant un étonnant solo du batteur. L'ensemble, par le jeu des solistes, et l'accompagnement subtil de la section rythmique, s'enchaîne de mouvement en mouvement, jusqu'à la Viaticum Suite, et le final Behind the Yashmak.

Une symphonie concertante accomplie, et un bel hommage à l'imagination mélodique et rythmique d'E.S.T. dont la musique n'est pas pétrifiée pour l'éternité, mais reste vive et féconde.

Des extraits à écouter sur le site.

Alain Lambert
25 octobre 2016

 

Alain Lambert : alain@musicologie.org - Ses derniers articles : La « Waisenhausmesse » de Mozart par la maîtrise de caenLouis Nicolas Le Prince « Messe Macula non est in te » Un bel hommage à un musicien inconnu par la Maîtrise de Caen« Shakespeare Songs » : Guillaume de Chassy et Christophe Marguet avec Andy Sheppard « Transe » par la Compagnie Massala, du hip-hop calligraphique !Dam'nco « From Paris With Love » du jazz-rock jubilant et joyeux — ... Plus sur Alain Lambert, tous ses articles.

 

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
06 06 61 73 41

ISSN  2269-9910

▉ Contacts
▉ À propos
<
▉ S'abonner au bulletin
▉ Collaborations éditoriales
▉ Cours de musique
▉ Téléchargements
▉ Soutenir musicologie.org
▉ Colloques & conférences
▉ Universités en France
▉ Analyses musicales

▉ Articles et documents
▉ Bibliothèque
▉ Presse internationale
▉ Agenda
▉ Analyses musicales

Recherche dans musicologie.org

 

© musicologie.org 2016

bouquetin

Mardi 25 Octobre, 2016 22:06