bandeau encyclopédie
Actualités . Biographies . Textes . Annonces . Livres . Cédés . Agenda . Bulletin (abonnement) . . Recherche + annuaires .  Documents .  Analyses musicales . Collaborations . Nous soutenir . Contact

[9e siècle] [10e siècle] [11e siècle] [12e siècle] [13e siècle] [14e siècle]
[15e siècle] [16e siècle] [17e siècle] [18e siècle] [19e siècle] [20e siècle]

A  B  C  D  E   G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X   Z

Fête théâtrale

Le grand divertissement royal de Versailles, 18 juillet 1668.

Spectacle assez court en 1 ou 2 actes, donné dans les cours princières à l'occasion de grands événements (périodes de réjouissances, carnaval, mariage, naissance, couronnement), en vogue aux XVIIe et XVIIIe siècle, surtout en Autriche, Allemagne et Italie. La fête musicale est assimilée à la genèse de l'opéra et au spectacle mêlé : théâtre, musique, comédie, ballets, et décors à grande machinerie comme ceux que Torelli imagine en France pour les spectacles de Lulli avec Jean Berain, Quinault et Corneille, ou de Lodovico Burnacini à Vienne.

Dans son Dictionnaire de musique, Jean-Jacques Rousseau définit le mot « fête »:

Divertissement de chant et de danse qu'on introduit dans un acte d'opéra, et qui interrompt ou suspend toujours l'action.

Ces fêtes ne sont amusantes qu'autant que l'opéra même est ennuyeux. Dans un drame intéressant et bien conduit, il serait impossible de les supporter.

La différence qu'on assigne à l'Opéra entre les mots fête et divertissement est que le premier s'applique plus particulièrement aux tragédies, et le second aux ballets.

Acide de Haydn (1763), pour les noces du fils aîné du prince Nicolas Esterházy, Ascanio in Alba de Mozart (1771), pour les noces de l'archiduc Ferdinand d'Autriche et de Maria Beatrice d'Este, Le temple de l'amour de Johann Friedrich Agricola (1755), pour le mariage d'Auguste Ferdinand de Prusse et d'Anne-Élisabeth-Louise de Brandebourg-Schwed.

Bibliograhie

Georgia J. Cowart, Sirènes et Muses : de l'éloge à la satire dans la fête théâtrale (1654-1703). Dans « XVIIe siècle » (258), Presses universitairtes de France 2013.

Blanchard Jean-Vincent, Théâtres de la rhétorique : les documents de la fête théâtrale au XVIIe siècle. « Dalhousie French Studies » (32) « Mises en scène du regard », Dalhousie University 1996, p. 3-17.

Jacquot Jean, Drame poétique et fête théâtrale. Dans « Le Baroque au Théâtre et la théâtralité baroque », « Baroque » (2), Éditions Cocagne, Montauban 1967

Joly Jacques, Les Fêtes théâtrales de Métastase à la Cour de Vienne (1731-1767). Faculté des Lettres et Sciences humaines de l'Université de Clermont-Ferrand II (3), Clermont-Ferrand 1978.

Agricola Johann Friedrich, Le Temple De L'Amour, fête théâtrale pour les noces de leurs Altesses Royales Monseigneur Le Prince Ferdinand ... et Madame la Princesse Anne Elisabette Louise de Schvedt. Jean Godefroy Michaelmis, Berlin 1755.

rectangle textes

Téléchargements -  Presse internationale -  Universités - À propos.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil. ☎ 06 06 61 73 41

musicologie.org 2017
ISSN 2269-9910

Mercredi 4 Janvier, 2017