bandeau texte

S'abonner au bulletin

 

 

« Les lacs des cygnes » : somptueux gala de l'Académie Princesse Grace à l'opéra de Monte-Carlo

 

Les lacs des cygnesGala Académie Princesse Grace 2015. Photographie © Alice Blangero.

Monaco, 27 juin 2015, par Jean-Luc Vannier ——

Le gala de fin d'année des jeunes danseurs de l'Académie Princesse Grace demeure un événement d'une exceptionnelle qualité chorégraphique. Après l'éblouissant « Work in progress » de l'année passée, la salle Garnier accueillait, vendredi 26 juin, Les Lacs des cygnes : une histoire d'élèves d'une école de danse professionnelle, depuis leurs premiers « pas » jusqu'à l'obtention de leurs diplômes et ce, au travers de plusieurs versions chorégraphiées, des plus classiques aux plus audacieuses, du célébrissime ballet orchestré par Piotr Ilitch Tchaïkovski. Mises en scène par Luca Masala, ces propositions signées par les plus grands noms de la chorégraphie (Lev Ivanov, Jean-Christophe Maillot, Marco Goecke, Mats Ek, Michel Rahn et Isabel Romero), étaient reliées par des saynètes dont le facétieux — la préparation esthétique et un brin narcissique des danseurs avant le lever de rideau — le disputait au réalisme et à l'amertume lorsqu'il s'agissait pour le maître de ballet joué par le chorégraphe Gaëtan Morlotti, de sélectionner les titulaires du prochain spectacle. Le jeune orchestre international de Monte-Carlo, guidé pour certains des pupitres par les instrumentistes de la philharmonie monégasque et placé sous la direction d'Alessandro Crudele, soutenait musicalement cette brillante manifestation.

Les lacs des cygnesGala Académie Princesse Grace 2015. Photographie © Alice Blangero.

Les torses dénudés de Marco Goecke dont le public de Monaco avait déjà ovationné en juillet 2014 « Sigh », sa création pour les Ballets de Monte-Carlo, fournissent toujours l'occasion d'une rigoureuse gestuelle d'accroches géométriques doublées de mises en exergue des musculatures dorsales : suscitant de frénétiques évolutions, la cadence rythmique semble le fruit d'électrodes implantées dans les membres supérieurs du corps humain tendus jusqu'à l'extrême. Transformant le « professeur » Morletti en Albus Dumbledore distributeur de graines magiques, le suédois Mats Ek joue davantage sur la confusion ludique des genres identitaires en habillant danseurs et danseuses des mêmes justaucorps : magnifiques et suggestifs mouvements d'ensemble d'une flopée de volatiles affamés avec force « croupions » exposés, au point de désorienter le Prince noir superbement interprété par Alexsandro Akapohi. Nettement plus orthodoxe, la chorégraphie remontée de Lev Ivanov (1834-1901) du « Lac des cygnes » permet de se souvenir, en décembre 2011, de cette merveilleuse soirée du Monaco Dance Forum où les ballets du Bolchoï rivalisèrent de fraternité avec ceux conduits par Jean-Christophe Maillot autour de cette œuvre mythique : symétrie millimétrée des tutus et des pointes et, surtout, accompagné par la harpe (Coline Jourdin, Emma Thomazeau) puis en trio avec le premier violon ( David Lefèvre) et le violoncelle (Delphine Perrone), un pas de deux d'une ineffable beauté entre le Prince blanc (Simone Tribuna) et le Cygne (Rina Kanehara, lauréate pour 2015 du prix de Lausanne et qui s'apprête à rejoindre le English National Ballet).

Les lacs des cygnesGala Académie Princesse Grace 2015. Photographie © Alice Blangero.

Les couleurs vives de l'Espagne enflamment la seconde partie : la chorégraphe Isabel Romero fait virevolter des cygnes aux robes sanguines avant que Jean-Christophe Maillot ne réintroduise sa passion du jeu d'acteurs avec son extraordinaire capacité à danser l'intériorité humaine et ses multiples désirs. La gestuelle se met alors au service des destins conflictuels, les évolutions chorégraphiques se plient aux tourments inconscients. «  À la fin de la journée, la danse est tout ce qu'il me reste » énonçait une voix « off » en ouverture de spectacle. Hésitations des jeunes danseurs interrogées, comme en écho, en début de seconde partie : « Serais-je jamais prêt ? ». « Merci à tous ceux qui ont rendu cela possible » semble conclure, heureuse et comblée, une ultime pensée exprimée des profondeurs de l'âme. Une pensée que ces jeunes danseurs et danseuses à l'immense talent partagent, pour notre plus grand plaisir, dans l'exécution d'un final coloré et éclatant d'allégresse.

Les lacs des cygnesGala Académie Princesse Grace 2015. Photographie © Alice Blangero.

Monaco, 27 juin 2015
Jean-Luc Vannier

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

rss Flux rss

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale


ISSN 2269-9910

© musicologie.org 2015

musicologie.org 01/2014

Mardi 30 Juin, 2015 16:25

bandeau

musicologie

Les derniers articles
de Jean-Luc Vannier

Gianluigi Gelmetti présente sa « quatrième et dernière saison » avec l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo (17 juin 2015)

« Foolish wives » d'Eric von Stroheim mis en musique par Marco Taralli et l'orchestre philharmonique de Monte-Carlo (15 juin 2015)

La truculence chamarrée de « Falstaff » clôt en beauté la saison lyrique à l'opéra de Marseille (5 juin 215)

La Berliner Camerata ensorcelle la basilique Notre-Dame à Nice (31 mai 2015)

L'Ambassadeur de France à Monaco remet les Palmes académiques au Directeur de l'opéra de Monte-Carlo (18 mai 2015)

Envoûtant Richard Strauss par Jeffrey Tate et l'orchestre philharmonique de Monte-Carlo (4 mai 2015)

Les solistes du Théâtre Mariinsky offrent un « Eugène Onéguine » passionné pour l'Année de la Russie en Principauté (3 mai 2015)

Une saison lyrique 2015-2016 toujours prestigieuse à l'opéra de Monte-Carlo (26 avr. 2015)

La sublime violence de  « Lady Macbeth de Mtsensk » tétanise l'opéra de Monte-Carlo (25 avr 2015)

« Der fliegende Holländer » débarque triomphalement à l'opéra de Marseille

Un « Roméo et Juliette » juvénile aux Ballets de Monte-Carlo

Sous le charme de Diana Damrau à l'opéra de Monte-Carlo (11 avr. 2015)

Le BBA de l'EDHEC Nice lance un elearning pour les musiciens (8 avr. 2015)

Kazuki Yamada… presque Directeur artistique et musical de l'orchestre philharmonique de Monte-Carlo (4 avr. 2015)

Sublime « Winterreise » de Schubert par Kwangchul Youn à l'opéra de Monte-Carlo (29 mars 2015)

Erwin Schrott diabolise « Don Giovanni » à l'opéra de Monte-Carlo (21 mars 2015)

La grippe interrompt la première de « Semiramide » à l'opéra de Nice (18 mars 2015)

Une « Tosca » en clair-obscur à l'opéra de Marseille (12 mars 2015)

« Une tragédie florentine » et « Pagliacci » : le drame de la jalousie immortalisé à l'opéra de Monte-Carlo (20 fév. 2015)

Rencontre avec Marc Adam, directeur artistique à l'opéra de Nice : « mon travail à Nice n'est pas terminé ». (13 fév. 2015)

Marion Cotillard et l'orchestre philharmonique de Monte-Carlo sous la direction de Kazuki Yamada transcendent « Jeanne d'Arc au bûcher » (8 fév. 2015)

Maria et Natalia Milstein célèbrent avec talent le Nouvel An russe à la Villa Ephrussi de Rothschild (24 janv. 2015)

Rossini et les voix de « Guillaume Tell » magnifient la liberté à l'opéra de Monte-Carlo (23 janv. 2015)

Après la Méthode rose, la Méthode Elvira & Natalia ?

Tout

rectangle_actu

rectangle

rectangle